PRESENTIEL – Stage intensif d’approfondissement en CNV – Du 12 au 16 août 2022

Descriptif:

Mon intention en vous proposant ce stage est de vous offrir un espace de vacance, dans le sens de un temps pour soi … Un temps pour le ressourcement, le calme, le repos et la paix intérieure.

Un temps d’écoute … de soi, de l’autre, des autres, des émotions et des aspirations, mais aussi et surtout un temps d’écoute, de présence et de connexion à tout ce qui m’entoure : la nature, les sons, les odeurs …

Un retour aux sources, dans un environnement calme en pleine nature …
Un retour à la source … Votre source !

Cinq thématiques vous sont proposées au cours de ce stage (un thème par jour) :

Jour 1 : Accueillir et transformer mes peurs et retrouver un équilibre entre peur et élan
Trop souvent dans notre quotidien, nous oscillons entre deux états extrêmes : l’euphorie et l’angoisse. La première nous transporte de joie ; nous nous sentons légers ; heureux et enthousiastes ; la terre pourrait s’arrêter de tourner que cela ne nous affecterait pas … C’est l’élan absolu ! La seconde par contre nous tétanise ; nous cloue sur place ; nous doutons de tout, à commencer par nous-même … C’est le blocage complet !

Ces deux états ont en commun qu’ils nous coupent de nous-mêmes et de ce qui se vit dans les profondeurs de notre être. Euphorique ou angoissé, nous sommes comme l’avion qui part en vrille : nous allons droit vers le crash.

Dans le cadre de cet atelier, nous irons à la rencontre de notre élan vital ; nous nous laisserons porter par nos rêves les plus fous, en observant dans le même temps ce qui nous empêche de les réaliser. Ces freins à la concrétisation de nos rêves ne sont rien d’autre que nos peurs. Si elles ont du sens elles aussi (sans la peur, le parachutiste oublie un jour d’emporter son parachute !), il est primordial de les transformer pour éviter la tétanie évoquée plus haut.

Nous partirons donc en quête des besoins qui sous-tendent tant notre enthousiasme que notre peur. Ils sont nos véritables élans et moteurs de vie. Tout l’enjeu consistera alors à trouver un juste équilibre entre peurs et élans ; à choisir, et donc à renoncer.

Légers comme le papillon, nous pourrons ainsi nous laisser porter par le flux de la vie qui nous habite, en toute sécurité.

Jour 2 :  De la culpabilité destructrice à la responsabilité créatrice
La culpabilité est une alarme. Elle n’est pas en elle même une énergie utile. Si nous ne la transformons pas, elle tourne interminablement en un dialogue intérieur infernal. Elle nous indique tout simplement que nous avons un jugement négatif sur nous-même, et ce jugement est la clé pour nous sortir de la ronde inlassable de la culpabilité !

Nous vivons un conflit intérieur, entre deux parties de nous : l’une a posé un acte (et donc satisfait toute une série de besoins), et l’autre n’est pas du tout d’accord avec cette acte (et donc a des besoins insatisfaits).

L’objectif consiste à transformer ce jugement; à descendre au plus profond de nous-même et à écouter ces deux parts de nous pour identifier leurs sentiments et besoins respectifs. De là naît la compréhension et l’acceptation.

Faites-en l’expérience ! Vivez l’apaisement qui survient quand la culpabilité n’a plus de raison d’être et que votre créativité vous rend les rênes de votre vie !

Jour 3 : Exprimer sa colère et accueillir celle de l’autre
Le rythme de Vie effréné de notre époque constitue bien souvent un terrain de prédilection pour stimuler et susciter frustrations et colères parfois explosives. La crise actuelle du Covid-19 amplifie largement ce phénomène chez bon nombre d’entre nous.

Certains sont submergés de travail en plus d’être en première ligne en matière de risque de contamination, tandis que d’autres ont perdu leur emploi, se retrouvent confinés dans un espace exigu avec conjoint et enfants… Et nous subissons tous, impuissants, toutes sortes de mesures qui peuvent parfois paraître injustes, insensées ou irresponsables. Bref, la pression est colossale, et finit, pour certains, par devenir insupportable.

Deux options sont alors possibles : imploser ou exploser, avec tous les dégâts collatéraux que cela peut occasionner.

La colère est une formidable énergie qui indique juste qu’un changement s’impose; qu’une évolution est nécessaire. Exprimée de manière adéquate, elle permet de faire évoluer les choses constructivement, dans le respect des intérêts de chacun.

Que vous exprimiez facilement (mais violemment) votre colère ou que vous n’osiez pas l’exprimer, vous vous rendez compte que cela peut être dommageable, pour vous-même comme pour vos interlocuteurs. Vous aimeriez exprimer votre ressenti et affirmer votre point de vue, dans le respect de vous-même et de l’autre.

Vous vous sentez démuni face à une personne en colère et vous aimeriez accroître votre capacité à l’accueillir et à vous positionner, de manière bienveillante tout en vous respectant ?

Ce module vous permettra, tant d’exprimer votre colère qu’accueillir celle de l’autre, dans le respect de chacun et la bienveillance.

Jour 4 : S’entraîner à la girafe de rue pour ne pas débarquer avec des gros sabots
Vous est-il déjà arrivé, au retour d’un atelier ou d’une formation en CNV, de vous adresser à l’un de vos proches, et de lire dans ses yeux quelque chose comme : « Houlaaa, je ne sais pas ce que tu as fumé mais c’est de la bonne ! » ? Vous dites-vous parfois (ou souvent !) : « Si je lui parle comme on le fait en formation, je vais passer pour un(e) extraterrestre et me faire rembarrer ! » ? Vous est-il même déjà arrivé, au retour d’un atelier ou d’une formation en CNV, de vous adresser à l’un de vos proches, et de susciter de la méfiance, ou même du rejet de sa part ? Peut-être vous est-il même arrivé de blesser ou de fâcher une personne en l’écoutant de manière empathique, ou en vous exprimant avec bienveillance ?

Vous êtes maladroit(e) bien malgré vous, et cela peut conduire à du découragement, parce que vous avez l’impression que vos plus belles intentions et votre ouverture de cœur ne sont pas perçues à leur juste valeur.

Au cours de ce stage, nous explorerons ensemble quelques pistes pour que l’apprentie girafe que vous êtes troque peu à peu ses gros sabots bruyants pour des pantoufles de velours, avec un langage plus fluide et plus discret.

Jour 5 : Le pouvoir de la célébration et de la gratitude
Depuis notre plus tendre enfance, la plupart d’entre nous sommes confrontés à une culture sociétale où l’on « broie du noir ». A l’école, les enseignants soulignent en rouge les fautes et non en vert les bonnes réponses ; les médias nous assomment de mauvaises nouvelles et d’images morbides ; et le réflexe de la plupart des gens consiste à dire tout ce qui ne va pas plutôt que célébrer ce qui va bien dans leur vie.

Ressasser ce qui va mal ou déplorer ce qui pourrait aller mieux me pompe beaucoup d’énergie, et me maintient donc dans un faible niveau de vitalité. Tout est lié au regard que je porte sur les évènements : si je ne vois que le verre à moitié vide, je me sens forcément déprimé(e). Or, si le verre est à moitié vide, il est nécessairement aussi à moitié plein !

C’est cette part réjouissante que je vous propose d’explorer avec le processus de la CNV durant ces deux jours d’atelier : apprendre à me donner de la reconnaissance plutôt que de rester dans une position de mendicité et de dépendance vis-à-vis de mon entourage ; exprimer ma gratitude de diverses manières et célébrer les multiples moments réjouissants de mon existence …

Broyer du bon, savourer la douceur de ces petits moments de la Vie, et multiplier la joie en les partageant avec d’autres.

Public :

Prérequis : avoir participé à un minimum de quatre jours de formation en CNV avec un formateur certifié

Prix :

Particuliers : 625€ TVAC
Professionnels non assujettis à la TVA : 1.000€ TVAC
Professionnels assujettis à la TVA : 1.210€ TVAC

Frais d’hébergement et de repas :

  • La formation n’est pas résidentielle et les repas ne sont pas prévus. Les participants sont invités à emporter un plat de leur choix pour constituer un buffet coloré de type « auberge espagnole » chaque jour à midi.
  • Possibilités de logement en chambres d’hôtes sur place. Plus d’infos via le site de la Ferme du Banoyard


Remarque :

L’argent ne doit pas être un obstacle à votre participation. Nous pouvons en parler dans la discrétion.

Je m’inscris