Newsletter

Newsletter d’avril 2019 : Elan et engagement en ce printemps 2019

BourgeonSite

 

Au menu :  Elan et engagement en ce printemps 2019

En lisant cette newsletter, vous pouvez vous accompagner de la musique de la chanson de Marshall Rosenberg « Les mots sont des fenêtres ou des murs » .

 

Editorial

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

Chers tous et toutes,

Cher(e)s Ami(e)s et Amoureux-se(s) de la CNV,

 

Le printemps dans la Théorie des 5 éléments de la philosophie chinoise est associé à l’élément Bois et au mouvement du végétal qui monte comme la sève des arbres, amorce une expansion et s’extériorise par l’éclosion des bourgeons. Toute la nature est dans un élan de vie.  Un élan, qui chez nous, êtres humains, quand il est présent, participe à la joie de vivre ; élan qui s’émousse quand les difficultés s’accumulent. Quel éclairage la Communication NonViolente nous donne-t-elle sur cette question ? Et que dire aussi de l’engagement ?

L’élan et/ou l’engagement permettront-il de continuer à faire vivre notre asbl qui connaît quelques turbulences ?  Son Assemblée générale annuelle se tiendra le 29 avril.  Vous y êtes tous bienvenus.

L’élan et/ou l’engagement vous conduiront-ils à vivre des vacances différentes axées sur la CNV ? Une formatrice ne manque pas d’élan pour organiser un festival d’été de la CNV, carrément !

Une autre ne manque pas d’élan et d’engagement non plus, pour se lancer dans une série de vidéos dans lesquelles Jack et Gigi, le chacal et la girafe, symboles de la CNV, sont mis en scène pour vous présenter de petites situations de la vie quotidienne selon un éclairage de la CNV.

Voici en gros le menu de cette Newsletter que nous avons rédigée dans la joie du partage et de la collaboration.

Joyeux printemps à vous aussi, dans l’élan « des petits enfants qui nourrissent les canards » !

 

Jacqueline et Régine

 

Elan et/ou engagement

            La joie de nourrir les canards

Pour qui côtoie le « milieu » de la CNV, l’expression « faire les choses avec élan » revient assez souvent. Et on parle aussi de « l’élan d’un petit enfant de donner à manger à un canard ». Nous avons retrouvé cette expression dans une interview de Marshall Rosenberg parue dans The Monthly Aspectarian (TMA) d’avril 1992 visible sur le site d’Isabelle Padovani.

Marshall Rosenberg y parle d’«une bonne métaphore pour son processus de dialogue, une voie qui aide les gens à se donner les uns aux autres avec la joie de petits enfants qui nourrissent les canards. ». Et de l’usage qu’il a fait d’une marionnette « canard » avant une marionnette « girafe » comme partenaire de la marionnette « chacal » pour l’enseignement de la CNV.

Si le mot « élan » veut dire d’après le Petit Robert : mouvement par lequel on s’élance (s’élancer = se lancer en avant avec force et vitesse), le Larousse illustré parle de mouvement intérieur spontané, d’impulsion (« un élan du cœur »).

Et lorsqu’on suit son élan, on perçoit que ce sont des besoins comme la liberté, la légèreté, le ressourcement (la fantaisie, le plaisir) qui sont nourris.

            L’engagement

L’engagement (selon le Petit Robert toujours), c’est l’action de se lier par une promesse ou une convention ; l’engagement physique en sports étant (dixit le Larousse illustré) une utilisation maximale de ses qualités naturelles (vitesse, détente, poids et masse musculaire).

L’engagement vis-à-vis d’un collectif pourrait se définir alors comme mettre un maximum de ses talents au service de celui-ci, contribuer par des actions qu’on a librement acceptées ou pour lesquelles on s’est proposé et qui ont l’assentiment du groupe.

L’engagement vis-à-vis d’un collectif, c’est veiller à satisfaire certains besoins de ce collectif.

Lorsqu’on exécute un engagement ou qu’un membre du groupe, de l’association s’en acquitte, prendre conscience des besoins individuels nourris peut être surprenant tant il y en a : la solidarité (le soutien), la participation, le partage, la fidélité (la loyauté), l’interdépendance (dont pouvoir compter sur les autres), le sens (direction, accomplissement), le sens du collectif, le ressourcement (stabilité, structure), …

Pour ce qui est des besoins du collectif, nous identifions pour notre association prise comme exemple : le sens (sa finalité, son adéquation), la cohérence de son fonctionnement avec l’esprit de la CNV en vue d’une crédibilité vis-à-vis du public et que le message de la CNV passe, la stabilité, la structure, la pérennité (ressources humaines et financières).

L’engagement représente comme le ciment qui fait que la confiance, l’harmonie circulent avec fluidité dans une entité qui prend alors tout son sens et est boostée dans son action.

            Elan et engagement compatibles ?

« Souvenons-nous combien Marshall était convaincu que nous avons de la joie à donner et à contribuer quand nous ne sommes pas obligés de le faire. »  JF Lecocq

Est-ce que l’engagement, ce n’est pas «être obligé de faire » … ? Auquel cas, élan et engagement seraient difficilement compatibles ?

A cela la CNV apporte, nous semble-t-il, au moins deux réponses :

  • La première : aux personnes qui se disent « obligées de … », la CNV propose de regarder l’autre bout de la lorgnette à savoir qu’elles « choisissent de … » en privilégiant la satisfaction de certains besoins plutôt que d’autres
  • La seconde : quand l’engagement devient pesant, une clef est de regarder ce qui pèse, quel besoin n’est pas – plus nourri et quelles stratégies adopter pour qu’il puisse à nouveau l’être. La pesanteur, c’est un besoin de légèreté. Et pour nourrir ce besoin de légèreté, voyons si la tâche a bien encore du sens. Peut-elle être redéfinie ? postposée ? déléguée ? partagée ? ou … ?

Et si Marshall Rosenberg dit – (les mots « ardu » et « ardeur » ont-ils la même source étymologique ? -) :

Vous accomplirez les tâches les plus ardues avec élan si votre intention principale est d’embellir la vie.

c’est qu’il est bien conscient – et il l’a été de par son expérience de vie – que parfois, un travail opiniâtre, des efforts importants sont à accomplir pour atteindre un résultat et que cet « engagement » sera fait avec « élan » si nous « participons à la vie en contribuant à créer la beauté, dans le monde et en soi, et à l’entretenir. » (d’après Thomas d’Ansembourg)

 

Notre prochaine AG et ses enjeux

Pralines 

Avez-vous l’élan d’y goûter ?

Notre prochaine Assemblée Générale Ordinaire a été fixée au 29 avril 2019 à 18 h. à Bovesse (entre Gembloux et Namur).

Bienvenue à tous les membres de l’association et toute personne intéressée par la diffusion de la CNV, les membres en ordre de cotisation étant habilités à participer aux votes. Merci de vous inscrire pour prévoir votre accueil et que vous puissiez recevoir toutes les infos utiles.

Y seront présentés, d’une part tant le rapport des activités 2018 (consultable ici ) que le bilan de l’année 2018 et d’autre part les projets et le budget pour 2019.

Nous réitérons notre appel à candidature pour le Conseil d’Administration. Quelques personnes complémentaires au CA et CA élargi actuel sont nécessaires pour que l’association puisse poursuivre utilement sa mission de promotion de la CNV. A l’assemblée générale, au moins un Administrateur sera démissionnaire et il y a lieu de le remplacer. Pour vous qui voyez tout son sens à la mission de l’asbl, nous vous remercions de prendre quelques minutes de réflexion sur cette question, ainsi que sur vos possibilités de participation à notre action collective de promotion de la CNV. Vous pouvez contacter l’un des administrateurs ou le secrétariat de l’asbl pour tout éclaircissement qui vous serait aidant.

 

Elan et/ou engagement à se faire membre – la cotisation 2019

La cotisation de membre a été réduite à … 10 euros pour 2019 !

Nous avons opté pour la confiance que ce montant, à la portée de tous, permette à plus de personnes de se mettre en lien avec l’association, et d’encourager le mouvement de diffusion de la CNV.
Merci du fond du cœur à ceux qui ont déjà fait un versement de ces 10 euros ou plus pour nous soutenir !

Pour rester ou devenir membre de l’ACNV-BF asbl, c’est-à-dire être conviés à des événements CNV (conférences, stages, fête CNV, AG, …) et recevoir cette Newsletter, versez-nous 10 euros ou plus (le surplus sera considéré comme don), avec comme mention « cotisation 2019 » sur le compte BE62 0016 1302 8861 de l’ACNV-BF asbl.

 

Des vacances d’été sous le signe de la CNV ?

            Premier festival CNV belge du 4 au 11 août 2019 !

Notre Newsletter de décembre dernier vous l’annonçait déjà : le premier festival CNV belge aura lieu dans le merveilleux domaine de Koningsteen, à 25 km de Bruxelles !

La CNV occupera une place centrale dans ce festival tant par ses participants pour beaucoup initiés au processus (dont même des personnes ayant côtoyé Marshall Rosenberg dès les années ‘80) – et qui, s’ils sont là en famille, désirent la leur faire découvrir (déjà 68 inscrits dont 16 enfants), par les ateliers proposés (des formateurs et des transmetteurs en parcours de certification seront présents), par la co-construction des journées où des moments d’empathie, de célébration et de deuil seront programmés, que par l’esprit qui soufflera sur Koninsgteen. Les participants pourront également participer à des ateliers autres que de CNV comme du yoga, de la danse des 5 rythmes, du massage, de la méditation. Et les 3 langues parlées (outre celle du « cœur ») seront le néerlandais, l’anglais et le français.

Vous trouverez ici toutes les infos pratiques dont les types de logement (restent surtout des places en dortoir ou en camping) et les prix, l’argent ne devant pas constituer un obstacle selon les organisateurs.

Et pour l’esprit de ce festival cocréé ouvert aux petits et grands, voyez aussi la page Facebook de l’événement https://www.facebook.com/events/1976465992440069/

            Des stages CNV intergénérationnels en Auvergne du 21 au 28 juillet et d’autres dates en août

CampEté 

Des Vacances pour enfants, ados, entre amis, seul(e) ou en famille, des séjours où se cultivent les valeurs humaines, les graines du mieux vivre ensemble ainsi qu’une bonne dose d’humour et de créativité…

Ateliers de CNV (bases et thèmes d’approfondissement) ateliers en « Mouvement » ; Biodanza et Danse circulaire sacrée et de Yoga du rire pour les adultes, pendant que vos enfants/ados sont pris en charge par des Animateurs Super compétents, … Une organisation en Open Space l’après-midi où chacun(e) peut proposer des activités parents-enfants…

Des repas délicieux, une piscine et des super balades à faire…  Voici quelques ingrédients de ces séjours inoubliables !

Le séjour « Famille on S’ème » : Du 21 juillet (à 18h) au 28 juillet (14h) 2019 au Château d’Alleret à Saint Privat du Dragon en Auvergne verra animer la partie CNV par Anne Bruneau (formatrice certifiée belge) avec Sylvie Malo (formatrice certifiée du Québec).

Voir le programme complet de cet été : http://www.lepetitprince.asso.fr/

 

Les aventures de Jack et Gigi – saison 1

L’élan de Sophie Grosjean, formatrice certifiée en CNV, ces derniers mois, a été de créer les personnages de Jack et Gigi et de les faire vivre sur la « toile ». Elle écrit : « C’est avec une joie immense et même un peu d’excitation que je vous présente mon nouveau bébé : une série de vidéos dans lesquelles le chacal et la girafe, symboles de la CNV, sont mis en scène pour vous présenter de petites situations de la vie quotidienne. (…) , je vous souhaite autant de plaisir à visionner ces vidéos que j’en ai eu à les réaliser». Son intention est de donner un éclairage CNV sur des événements de la vie de tous les jours, pour contribuer à nous rendre la vie plus belle.

Le programme est déjà presque bouclé pour 2019 avec une vidéo prévue tous les 15 jours environ.

A l’heure où nous rédigeons ce texte, déjà 6 productions :

Jack et Gigi – S1E1 – Première rencontre (9 :10)

Première étape, nos deux amis (marionnettes Chacal et Girafe) se présentent et vous expliquent ce qui les caractérise et le lien entre leur personnage et le processus de la Communication NonViolente

 

Jack et Gigi – S1EP2 4 manières de recevoir un message (5 :34)

Cette fois vous n’apercevrez pas nos deux amis, « Jack et Gigi », mais leurs oreilles ! 4 façons de recevoir un message, selon les oreilles que vous avez sur la tête… en d’autres termes, selon l’énergie qui vous habite : celle de Jack le chacal, ou celle de Gigi la girafe ?

Jack et Gigi – S1EP3 – Objectif et intention de cette « série » (2 :35)

Une courte présentation du pourquoi et comment de cette série « Jack et Gigi ». Si le programme est déjà presque bouclé pour 2019, Sophie serait heureuse de recevoir vos éventuelles demandes de « mise en scène » de situations pour lesquelles vous aimeriez bénéficier d’un éclairage de la CNV par nos amis Jack et Gigi.

Jack & Gigi – S1EP4 – Jack ne veut pas prendre son bain  (6 :39)

Ici, Jack représente un enfant qui refuse de prendre son bain. Gigi écoute Jack de manière empathique et tente de deviner ses sentiments et ses besoins. La suite à l’écran …

Jack et Gigi – S1EP5 – Encore en retard ?! (3 :19)

Retrouvez Jack et Gigi dans le cadre de la sphère professionnelle cette fois. Jack est un patron excédé par une de ses collaboratrices qui arrive trop souvent en retard à son goût.

Jack et Gigi – S1P6 – – Différenciation clé entre jugement/interprétation et observation (5 :02)

Retrouvez nos amis Jack et Gigi dans une nouvelle vidéo qui explique la première étape du processus de la Communication NonViolente.

Suivez les aventures de Jack et Gigi sur la chaîne Youtube de Sophie ou abonnez-vous à notre page Facebook où Sophie les fait paraître également.

Bon amusement, et merci de les partager si les vidéos vous ont plu 😉

 

Nouvelles du réseau :

            Les formateurs certifiés belges

Anne van Stappen a également une chaîne Youtube et propose régulièrement de nouvelles vidéos. Elle y partage des thèmes qui la touchent au gré de ses élans. Il y a déjà 42 clips à visionner sur sa chaîne : «Cœur naturellement vibrant » et vous pouvez vous y abonner !!!

Vous retrouverez tous les formateurs certifiés belges, y compris ceux qui sont moins médiatisés sur notre site : http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/coordonnees-des-formateurs/

            Le CNVC

Le site du CNVC (Center for NonViolent Communication, organisation mondiale à but non lucratif visant au partage de la CNV) a fait peau neuve. Il nous revient par ailleurs que le « processus pour un Nouvel Avenir » visant la mise en place d’une nouvelle forme de gouvernance internationale subit quelques turbulences et témoigne d’un réseau en mutation.

            Radio et TV CNV francophone

Diane Baran, formatrice certifiée française, a investi avec élan du temps et de l’énergie pour développer Radio CNV et partage des entrevues inspirantes de personnes engagées sur le chemin de la CNV. Retrouvez-la sur www.radiocnv.fr/

Il y a aussi une Télé de la CNV où vous pourrez notamment découvrir une interview récente de Christophe Vincent qui dévoile son parcours et les défis qu’il a rencontrés dans son enfance et qui l’ont amené naturellement vers la CNV. Il partage aussi les clés de cette notion si chère à la CNV qu’est la responsabilisation de soi et comment il est possible de retrouver sa souveraineté et son pouvoir personnel.

Voyez https://www.youtube.com/watch?v=38AuS6_iICI&feature=youtu.be

 

Pour rester informé.e

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de décembre 2018 : En cette fin d’année : Etre artisan de paix et de réconciliation ?

DSC00177recadréSite

Au menu :

En lisant cette newsletter, vous pouvez vous accompagner d’une mélodie faite de douceur et de joie annonciatrice de Noël.

 

Editorial

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

Chers tous et toutes,

Cher(e)s Ami(e)s et Amoureux de la CNV,

 

En ces temps de Noël et de fin d’année bousculés, y a-t-il plus belle résolution que celle de chercher à devenir un artisan de paix et de réconciliation ?  Sans doute bon nombre d’amis de la Communication non Violente y aspirent-ils !

Une étape est de trouver la paix en soi, une autre de la partager avec d’autres, qu’ils soient proches comme sa propre famille, ou au sein de la société, ou même dans des contrées lointaines.

Ce sont les vœux que nous formulons pour vous tous : que ce double cheminement vers la paix vous permette de vivre une fête de Noël chaleureuse et éclairée d’une vraie joie.

Ceci correspond d’ailleurs avec la vision du monde, fidèle aux principes et à l’esprit de la Communication NonViolente (CNV), définie dans les statuts de notre asbl :

  • que chacun puisse apprendre à parler et vivre d’une façon qui encourage la paix, la bienveillance et la coopération
  • que se construise une société où se développent la bienveillance avec soi et avec autrui, la conscience et la prise de responsabilité de ses intentions, ses paroles et ses actes; où les actes sont posés en reconnaissant les besoins de chacun, en les  accueillant et les prenant en compte de manière équivalente,
  • que les actions humaines soient motivées par l’équité, le respect mutuel, l’interdépendance et la préservation de la vie,
  • que la préservation et l’amélioration de la planète, comptent pour chaque être humain, aussi au niveau des relations humaines; qu’il ait envie d’y participer, prenne conscience de sa co-responsabilité et développe ses capacités pour devenir un acteur de changement.

Peut-être aurez-vous l’élan de proposer des cadeaux éveillant ou enseignant cet art de Communication ? Notre librairie vous est ouverte avec des réductions intéressantes.

Peut-être aurez-vous aussi envie de soutenir nos actions de diffusion du processus CNV par une affiliation minime (10 euros) ou plus si affinités, pour l’année 2019 ?

Enfin pour expérimenter ce climat que peut générer la pratique de la CNV, pourquoi ne pas vous immerger en août prochain durant le premier festival CNV belge ?

Belles fêtes à tous et très heureux passage vers l’an neuf, dans l’établissement de liens bienveillants avec vous-même et avec les autres,

 

Jacqueline et Régine

 

RGPD : dernière Newsletter pour ceux qui ne nous disent pas OUI !

Dans le respect du RGPD (Règlement Général de Protection des Données) entré en vigueur depuis le 25 mai 2018, votre accord explicite nous est nécessaire pour que nous continuions à vous envoyer cette Newsletter d’informations qui paraît +- 4 fois par an.

Si vous ne l’avez pas encore fait, nous vous remercions de nous envoyer un mail par retour

en notant simplement OUI à la Newsletter suivi de votre nom et prénom. Nous nous engageons à un usage de ces données strictement limité à l’envoi de notre Newsletter et d’informations utiles pour mieux faire connaître la CNV, une stratégie nourrissant un besoin de connexion et de partage du meilleur de notre humanité. A défaut, vous ne recevrez plus de nos nouvelles.

 

Paix et réconciliation avec soi-même

Voici le témoignage d’Anne-Charlotte Roussel, formatrice certifiée en CNV qui a publié cette année le livre « La vie t’aime déjà »  sur ce qui l’a amenée à écrire : partager un chemin menant à la rencontre de soi et à la « plénitude à l’intérieur de soi » :

Pour avoir cherché la paix à travers différentes approches thérapeutiques et spirituelles et une réponse à la question « Qui suis-je ? », j’en suis arrivée à comprendre qu’il y a beaucoup de souffrance évitable. Cela demande de poser son attention à l’intérieur de soi, et de s’aimer tel qu’on est !

Mais comment s’y prendre ?

Plusieurs chemins nous permettent d’accéder à une plénitude intérieure. La Communication NonViolente (CNV) est un outil précieux pour aller à la rencontre de soi. Selon moi, avant de pouvoir ‘bien’ communiquer avec l’autre il est indispensable d’être d’abord à l’écoute de ce qui se passe en soi. Mettre des mots sur ce qui se crispe, tiraille, se noue ou hurle à l’intérieur, et accueillir nos sentiments et nos émotions avec bienveillance. Prendre la responsabilité de la satisfaction de nos besoins afin d’éviter des attentes que nous avons (par exemple : j’espère certaines attentions, de la reconnaissance, de l’amour, etc. et j’attends que l’autre me comble) et l’envie de faire des reproches. Adopter le postulat que chacun, oui chacun, fait réellement le mieux qu’il peut compte tenu de son passé, ses blessures, ses croyances.

Spontanément, l’être humain cherche à éprouver des sentiments confortables et à répondre à ses besoins. Mais bien des conflits naissent par manque de clarté et de reconnaissance de ceux-ci et donc par l’adoption de stratégies inefficaces.

Luc Bodin dit : « Se connaître c’est connaître ses croyances ». Découvrir et transformer nos croyances limitatives (par exemple : je ne vaux rien, je ne suis pas à la hauteur, je dois être parfait(e), etc.) est une étape importante. Non identifiées, souvent conséquences de blessures, elles révèlent un manque d’amour de soi, nous manipulent à notre insu et sont à la base de communications et comportements douloureux.

Pratiquer une écoute profonde de soi, prendre la responsabilité de nos sentiments (seule ma façon de penser est la cause de mes sentiments) et de la satisfaction de nos besoins, changer notre façon de nous voir et de voir le monde, observer et déjouer les tactiques du mental nous amènent naturellement à une meilleure compréhension de l’autre et à s’aimer davantage tel qu’on est.

Au travers d’histoires vivantes et de péripéties rencontrées par les personnages de mon roman pédagogique La Vie t’aime déjà, j’ai voulu partager mes découvertes, compréhensions et outils qui rendent la vie plus sereine. La richesse et la spiritualité de la CNV en font partie. J’ai le rêve que nous puissions accéder à la paix. Comme disait Marshall Rosenberg : Le chemin le plus long qu’un homme ait à parcourir au cours de sa vie est le chemin allant de sa tête à son coeur, puissions-nous tous l’emprunter et laisser se déployer des relations où l’amour et la bienveillance l’emportent.

Anne-Charlotte Roussel

Son site : www.acroussel.be – son email : me@acroussel.be

 

Paix et réconciliation avec les autres

                    Le temps pour renouer avec des amis, de la famille ?

L’intention de la CNV est, au-delà des conflits et des différends, de créer une certaine qualité de connexion entre les êtres qui permette que les personnes puissent se reconnaître et se rejoindre dans des besoins communs et que la compassion puisse se vivre. La pratique de la CNV nous apprend à identifier des modes de communication qui entravent la fluidité des échanges, à cheminer vers plus d’ouverture, d’authenticité, de maturité via le processus CNV en 4 étapes O S B D comme accueillir un propos qui fait mal non comme une attaque mais comme la manifestation d’un besoin ou enrichir la relation par l’expression de la gratitude.

                  Médiation et cercles restauratifs CNV

Lorsque la communication est bloquée, l’aide d’un tiers peut s’avérer utile. Les formateurs certifiés en Communication NonViolente proposent des médiations axées sur l’identification des besoins des personnes en présence et la recherche de stratégies pour satisfaire ces besoins.

Pour en savoir plus sur la médiation CNV 

Certains animent des cercles restauratifs pour apporter du soutien aux personnes en conflit en rassemblant ceux qui ont agi, ceux qui sont directement touchés et la communauté élargie. Un dossier complet sur les cercles restauratifs se trouve sur le wiki CNV.

L’installation d’une culture restaurative au quotidien a été expérimentée dans un projet scolaire à Bruxelles dans un processus éducatif donnant du sens aux erreurs, à la réparation et à la responsabilité collective. Jean-Baptiste Ndikuriyo y a collaboré. « Pratiquer la concertation restaurative en groupe de jeunes »   relate cette aventure et décrit les outils pratiques créés et transférables dans d‘autres contextes.

                 Justice restaurative

Dans le cas de faits graves, la justice intervient. La CNV peut ouvrir la voie à une alternative à la justice pénale classique, visant la guérison et la croissance des diverses parties.
Dans le chapitre « Vers une justice restauratrice du lien entre agresseurs et victimes » de son livre Dénouer les conflits par la Communication NonViolente  (p.119 Edition 2006), Marshall Rosenberg dénonce le système actuel : « La dureté de la peine est l’aulne à laquelle l’agresseur peut mesurer la profondeur de sa méchanceté et de sa bêtise. Mais cela ne lui permet en aucune façon de mesurer les dégâts qu’il a provoqués dans la vie d’une autre personne. Et la victime ne reçoit en aucune manière l’empathie dont elle aurait tant besoin. ». Il montre comment il recourt à l’empathie pour que l’agresseur réalise quels besoins ont sous-tendu son action et combien sa stratégie pour les satisfaire était inadaptée et destructrice, qu’il regarde en face ce qu’il a fait à sa victime et qu’il ressente la douleur de celle-ci. Marshall Rosenberg montre aussi comment il offre à la victime toute l’empathie nécessaire pour ouvrir un chemin de guérison.

Le Philosophie magazine de Septembre dernier (n°122) présente une enquête sur la justice restaurative : « Quand victimes et coupables se rencontrent » « Réparer les victimes ? ». Il cite notamment Denis Salas, magistrat et essayiste : « Le sens des pratiques de justice restaurative, c’est de tisser une histoire qui relie aux autres plutôt que de rester dans l’horreur qui isole. ». L’empathie va bien être au cœur de cette pratique.

                 Témoignage sur le stage en Côte d’Ivoire : « être artisan de paix et de réconciliation au-delà des barrières »

Avec le focus sur notre sujet, des nouvelles du 5ème séminaire international en Communication NonViolente d’Afrique Francophone qui s’est tenu à la Sablière dans la ville de Bingerville, district d’Abidjan en Côte d’Ivoire, du 29 octobre au 4 novembre 2018.

 

Voici des extraits du témoignage de Pierre Muanda, un des formateurs qui a animé ce stage

CôteIvoire2018-1

Photos des 25 participants venus du Bénin, du Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, de la République Démocratique du Congo (RDC), du Sénégal, de la Belgique et de la France. Séminaire animé par Fleur-Nathalie YASSINGUEZO et Pierre MUANDA, tous deux formateurs certifiés du CNVC.

 

Depuis quelques années, un vent de la NonViolence souffle en Afrique. Des formateurs certifiés Africains du CNVC (Center for NonViolent Communication/ USA),  soutenus par leurs collègues Européens, ne cessent de conjuguer leurs efforts en vue d’organiser des formations en Communication NonViolente (CNV) dans différents pays de ce continent qui en a grandement besoin.

(…)

Le thème proposé par l’Association pour la Communication NonViolente  en Côte d’Ivoire c’est « être artisan de paix et de réconciliation au-delà des barrières ».

Ce thème a constitué le leitmotiv autour duquel se sont élaborés : réflexions, partages, découvertes, déconstructions, constructions, apprentissages, pratiques, et réalisation des plus petits pas possibles vers une nouvelle manière de voir et de dire les choses, vers un nouvel art de vivre.

 (…)

Au terme des exposés, des clarifications, des jeux de rôle assurés par les deux formateurs, Fleur-Nathalie  Yassinguezo et Pierre Muanda, le mot d’ordre était, on ne peut plus clair « pratiquer, pratiquer, pratiquer »

CôteIvoire2018-2redim

Le vendredi 2 novembre 2018 à 18H, suite à une réunion proposée par Mamadou KONTE, et sous l’égide des deux formateurs, un groupe réfléchit sur la création d’une plateforme commune dans l’intention de préserver la connexion et d’entretenir le lien entre membres Africains de la Communication NonViolente. Il s’agit, de gauche à droite, des représentants des pays suivants : Firmin DIDAGBE (Bénin), Mamadou KONTE (Sénégal), Fleur-Nathalie YASSINGUEZO (Bénin), Pierre MUANDA (RD Congo), Arthur B. GUEYE (Côte d’Ivoire), Fadimatou H. DICKO (Cameroun). La plateforme créée à l’issue de cette rencontre est dénommée : Communauté panafricaine de Communication NonViolente. Avec la désignation de Fleur-Nathalie comme représentante et Arthur comme secrétaire. (…)

 

Le séminaire en Côte d’Ivoire a eu un écho retentissant dans le pays par le fait que la presse en a fait large écho. Etant donné que le directeur de la communication de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire, Monsieur Henri-Joël DALLY, a suivi l’intégralité de la formation. Très réticent au début, il en est devenu pratiquement un fanatique et un défenseur en fin de formation. (…)

Il y avait également d’autres personnalités influentes telles que l’officier de l’Ecole Nationale de Police ; des représentants des différentes associations de la Côte d’Ivoire ;   le chef de département de communication et relations extérieures et observatoire de solidarité et de la cohésion sociale. Ce dernier a témoigné publiquement que la formation lui a permis de déconstruire plein des évidences pour ressortir comme un être renouvelé. Pour un pays qui a connu des violences politiques et dans la crainte des élections qui vont arriver bientôt en Côte d’Ivoire, ce séminaire tombe à bon escient. C’est d’ailleurs un des objectifs des organisateurs de ce séminaire. Le plus important est que ce séminaire a impulsé la création des groupes de pratique proposés par les participants, et les promesses d’introduire la CNV dans les milieux estudiantin et policier. C’est pourquoi, nous sommes reconnaissants de tant d’efforts et d’énergies mobilisés par Arthur et son équipe organisatrice.

(…)

La vulgarisation de la CNV en Afrique souffre d’un manque cruel de financement structurel. Les formations que nous avons réussies à dispenser jusqu’à présent les sont grâce aux soutiens des quelques donateurs (particuliers et associations). (…)

De tout cœur nous leur exprimons notre profonde gratitude.

Même si Fleur-Nathalie et Pierre ont seuls animé ce séminaire, les préparatifs étaient le fruit du travail concerté d’une équipe composée de Anne BOURRIT, Pascale MOLHO, Khadissatou GAYE, Jean-Baptiste NDIKUROYO et Benoît BALLA, soyez-en remerciés.

Et la moisson est encore grande !  Car les demandes ne cessent de tomber comme de coutume à chaque fin d’un séminaire. Nous venons de recevoir les demandes de formation CNV qui viennent du Burkina Faso, du Niger et de la République Démocratique du Congo (RDC).

 

Pour le Cercle Afrique (CGA/CNV).

Pierre MUANDA

Pour lire l’article complet avec plus d’illustrations

Pour en savoir plus sur le cercle Afrique voyez son site : www.cnv-afrique.be

Cercle Général d’Afrique pour la Communication NonViolente et gestion positive des conflits. Rue de Villers n° 20 à 1348 Louvain-la-Neuve. Belgique. Compte IBAN BE 23 9795 4469 2791  BIC ARSPBE22

 

La cotisation 2019 à notre association pour 10 euros seulement !

Notre assemblée générale a décidé de réduire la cotisation de membre de … 60 à 10 euros pour 2019 ! Pas banal comme diminution !

Nous avons opté pour la confiance.

Confiance que ce montant, à la portée de tous, va permettre à plus de personnes de se mettre en lien avec l’association, et d’encourager le mouvement de diffusion de la CNV.

Confiance que ce petit montant incitera les amis de la CNV (formateurs et transmetteurs de CNV en premier) à parler de notre association et à proposer une affiliation.

Confiance que ceux qui ont eu l’habitude de nous suivre maintiendront via un don leur niveau de cotisation précédent et/ou ajouteront une autre somme pour permettre aux projets que nous comptons développer de prendre vie.

Pour rester ou devenir membre de l’ACNV-BF asbl, versez-nous dès à présent 10 euros ou plus avec comme mention « cotisation 2019 » sur le compte BE62 0016 1302 8861 de l’ACNV-BF asbl.

 

Recherche d’un(e) monteur(euse) video

Notre association cherche un collaborateur bénévole qualifié pour le découpage et le montage de videos (clips et conférences). Contactez-nous !

Toute autre proposition d’aide opérationnelle est la bienvenue également. Voyez notre demande.

 

Des cadeaux de fin d’année ?      Déstockage de notre librairie !!!

Une idée de cadeau utile et responsable, bonne pour la planète et l’instauration d’un climat de confiance, de bienveillance et d’empathie sur cette Terre :

Nous vous offrons 15 % de réduction sur tous les livres de CNV que nous avons en stock.

Allez sur notre site et contactez notre secrétariat pour passer commande.

Et pour découvrir ou approfondir l’approche éducative novatrice préconisée par Marshall Rosenberg, son livre « Vers une éducation au service de la vie » vous est proposé avec 30 % de remise soit au prix de 13,50 euros.

Il donnera des idées et des clefs de communication autant aux enseignants qu’aux parents et à toute personne en interaction avec des enfants.

Cette offre est valable jusqu’au 10 janvier 2019.

 

Nouvelles du réseau :

           Décès de Klaus Karstädt

klaus-karstaedt-330x220

9.5.1951 † 3.11.2018

La nouvelle du décès ce 3 novembre de Klaus Karstädt des suites d’une maladie grave à l’âge de 67 ans nous a attristés. Ce formateur en Communication NonViolente de nationalité allemande a animé plusieurs séminaires en Belgique dont notamment un cursus d’approfondissement pour candidats transmetteurs à Spa en 2008 organisé par Sophie Grosjean. Les participants se souviendront sûrement avec émotion de son engagement et de son enseignement en cohérence avec une façon d’être alignée, paisible et bienveillante.

Nos pensées vont à sa femme Friederike et à sa famille pour le vécu d’un deuil serein.

            Feedback de la 4e rencontre des formateurs référents francophones à Lyon du 24 au 26 novembre 2018

Christiane Goffard, initiatrice de cette rencontre, partage : « Cette rencontre annuelle, c’est d’abord la joie de se retrouver, de partager ce qui nous anime, les joies comme les peines et aussi l’immense bonheur de contribuer à perpétuer au plus proche possible, l’esprit, l’âme de ce que Marshall Rosenberg nous a transmis avec les différences de nos pays. C’est RICHE, vivant et surprenant ! Chaque rencontre internationale francophone, la 4ème cette année, est unique et différente en lien avec le vécu, l’évolution dans nos 3 pays (Suisse, France, Belgique) et les questions vives qui nous habitent sur comment au mieux accompagner ceux qui transmettent dans des milieux si différents : l’enseignement, la justice, les entreprises, le milieu médical, monsieur et madame Tout Le Monde, les familles… C’est l’occasion de célébrer les avancées d’une année à l’autre, l’occasion aussi d’un profond ressourcement personnel auprès de ses pairs et de réflexions sur l’accompagnement de ceux et celles qui se préparent à transmettre dans divers milieux.

La prochaine est programmée à Lyon encore du lundi 18 au jeudi 21 novembre 2019. »

Pour en savoir plus sur le parcours de certification : http://www.cnv-certification.com.

            Groupes de pratique

Un nouveau groupe de pratique voit le jour à Eghezée.

Il sera animé par Guy De Beusscher, formateur certifié.

Les dates pour le premier semestre sont fixées, il s’agit des 15/03 – 03/05 et 14/06/2019 de 19h30 à 22H00.

Les inscriptions à celui-ci sont à prendre chez PAZAPA asbl auprès de Catherine Dardenne : 0473/95 40 02 – info@pazapa.be

            Premier festival CNV belge en août 2019

A l’initiative de Kathleen De Laet, voici le premier festival CNV belge du 4 au 11 août 2019 !

Voici son message sur Facebook :

Bienvenue au premier festival belge de la CNV qui aura lieu dans le merveilleux domaine de Koningsteen, à 25 km de Bruxelles. Il y a 6 ans, nous avions accueilli avec grande joie dans cet endroit vert, calme et paisible la communauté de la CNV Européenne : les formateurs avec leurs familles, des candidat(e)s à la certification et plein d’autres passionné(e)s de la CNV ! Cette fois, en août 2019, l’occasion est offerte à celles et ceux qui souhaitent partager une expérience commune, de vivre la communication non-violente pendant toute une semaine en Belgique ! Nous utilisons l’Open Space Technology, qui nous permet de coorganiser 3 ateliers par jour. Vous êtes invité(e) à contribuer en offrant tout ce que vous désirez partager : CNV, yoga, danse, jeux, sport, massage, chant, Active Hope, … Ainsi nous cocréons ce festival ! Chaque matin, vous retrouverez le même petit groupe pour un moment d’écoute empathique. Et chaque soir nous nous rassemblerons avec toute la communauté pour la célébration et le deuil de ce qui fut et/ou ne fut pas. Et dans la longue tradition des festivals européens et des IITs, un « non-talent-show » permettra à chacun de partager son non-talent. Ce festival est centré autour du désir de satisfaire le plus possible les besoins, notamment les besoins de CONNEXION, PARTAGE, DETENTE, JEU, APPRENDRE/SE DEVELOPPER, EMPATHIE, INSPIRATION, COMMUNAUTE. 

 Inscriptions ouvertes le 7 janvier. Si vous pensez nous rejoindre, vous pouvez marquer votre intérêt en cliquant ‘intéressé’ sur la page Facebook de l’événement

Participation aux frais : 410 euros par personne, comprenant : hébergement dans une magnifique chambre, nourriture végétarienne/végane bio ainsi que tous les ateliers !

Enfants jusqu’à 14 ans : 210 euros.

Bébés et petits (qui dorment dans un lit-bébé que vous apportez ou qui dorment dans le lit de(s) parent(s)) : 50 euros.

Si le prix est un obstacle à votre participation, contactez l’organisateur pour trouver d’autres stratégies de contribution : nous trouverons.

Langues : anglais (pendant les rassemblements de communauté) et néerlandais/français (pendant les ateliers unilingues)

 

Pour rester informé(e)

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de Septembre 2018 : Rentrée ? vous avez dit rentrée ?

RentréeMaletteGirafePratiqueCNV

 

Au menu : Rentrée … Vous avez dit Rentrée ???

 

 

En lisant cette newsletter, vous pouvez vous accompagner de la musique du flash mob : https://www.youtube.com/watch?v=wa5GuHZyBDw  du projet WONDERFOOL

 

Editorial

 

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

Chers tous et toutes,

Cher(e)s Ami(e)s et Amoureux de la CNV,

 

Les vacances d’été sont derrière nous et beaucoup d’entre vous ont mis à profit cette période pour recharger leurs batteries en se ressourçant et se reposant.

La rentrée scolaire a coïncidé cette année avec la parution d’un dossier du Vif l’Express traitant dans la CNV (Comment (enfin) se parler sans s’agresser). De quoi nous réjouir ! Vous pourrez le lire via les liens ci-dessous.

La rentrée, ce sont aussi les « Salons » de la rentrée, les perspectives d’une diffusion de la CNV tous azimuts (orientée ici transmetteurs, animateurs de groupes de pratiques et pays africains), ainsi que la célébration des 25 ans de la CNV en Belgique avec la participation de notre asbl lors d’une journée organisée par l’Université de Paix de Namur.

La rentrée, c’est remettre la main à l’écheveau et … pratiquer. Vous trouverez ci-dessous des pistes concrètes pour vous y encourager.

Dans la joie du lien bienfaisant,

 

Jacqueline et Régine

RGPD : si ce n’est fait, dites OUI à nos envois !

Vous faites partie des personnes qui reçoivent notre Newsletter +/- 4 fois par an.

Dans le respect du RGPD (Règlement Général de Protection des Données) entré en vigueur depuis le 25 mai 2018, votre accord explicite nous est nécessaire pour que nous continuions à vous envoyer cette lettre d’informations.

Aussi, pour ceux qui ne l’auraient pas encore fait, nous vous remercions de nous envoyer un mail par retour en notant simplement OUI à la Newsletter suivi de votre nom et prénom. Nous nous engageons à un usage de ces données strictement limité à l’envoi de notre Newsletter et d’informations utiles pour mieux faire connaître la CNV.

Vous recevez encore ce mailing ainsi que le suivant de fin d’année. A défaut d’une réaction de votre part, nous vous supprimerions de notre liste d’envoi et vous ne recevriez plus de nos nouvelles. Nous en serions attristés car cet envoi représente pour nous une stratégie nourrissant un besoin de connexion et de partage du meilleur de notre humanité.

Les salons de la rentrée

Salon Educ News Sept 2018 

Après le Salon Valériane à Namur du 31 août au 2 septembre auquel nous avons pour la première fois tenu un stand pour l’association, s’annoncent :

Le Salon Educ qui se tient cette année à Bruxelles du 3 au 7 octobre : rendez-vous du monde éducatif auquel la CNV propose des réponses en termes d’outils pédagogiques pour acquérir des compétences psycho-sociales (les carnets Prêt pour la Vie).

Nous y tiendrons un stand et la CNV sera présentée :

Le mercredi 03/10 à 10:30  durée : 45’ dans une conférence  de Sophie Grosjean

« Je m’écoute et j’exprime mes limites, ça profite à tout le monde »

Le 03/10 toujours de 12:30 à 13 :05 via un atelier-conférence proposé par Sophie Grosjean

« Transmettre la CNV à des groupes d’enfants par l’intermédiaire du jeu »

Le vendredi 05/10 à 15 :15 durée : 45’ dans un atelier-animation (max 50 p.)  animé par Dominique Gilkinet : « Développer l’estime de soi avec la CNV »

Le samedi 06/10 de 15 :15 à 15 :45 lors de la conférence de Sophie Grosjean

« Pourquoi les enfants ne m’écoutent-ils pas quand je leur parle ? »

Le Salon « Vivons le Féminin » à Gerpinnes les 27 et 28 octobre où nous serons également présents pour soutenir la toute jeune association Cycle de Vie organisant une grande fête rassemblant différents intervenants œuvrant dans le changement de société en donnant la place aux valeurs féminines. Plus d’infos

La formatrice certifiée en Communication NonViolente et médiatrice Catherine Schollaert y
proposera le 28 octobre de 13 à 14 h. la conférence : « Accueillir nos émotions et les mettre au service de notre vie grâce à la Communication NonViolente » : être à l’écoute de nous-mêmes en reconnaissant nos émotions comme des signaux qui nous connectent à nos besoins et à nos aspirations profondes.

Notre petite équipe cherche encore quelques personnes pour nous aider à assurer les permanences des stands et s’enrichir des rencontres et échanges.

Manifestez-vous auprès d’Arnaud  (arnauddeflandre.cnv@gmail.com – 0478 28 36 49)

Les vidéos des conférences données cette année par Dominique Gilkinet et Thomas d’Ansembourg lors des salons précédents et déjà annoncées nous arriveront un peu plus tard dans l’année. Des nouvelles via notre page Facebook  .

 

Le 23 novembre : Les 25 ans de la CNV en Belgique

Marshall-Fête25ans

L’Université de Paix à Namur propose le 23 novembre une journée « Anniversaires » :

A l’occasion des 60 ans du Prix Nobel de la Paix de Dominique Pire…

A l’occasion des 25 ans de la Communication NonViolente en Belgique…

A l’occasion des 20 ans de leur Certificat en gestion de conflits interpersonnels…

Celui des 25 ans de la CNV en Belgique nous concerne au premier plan et nous collaborons avec l’UP à sa pleine réussite. Ce sera une journée avec une table-ronde, des conférences d’experts, des workshops (ateliers interactifs). Elle sera rehaussée par la présence de la formatrice suisse Anne Bourrit qui a assisté et traduit lors de stages Marshall Rosenberg à de très nombreuses reprises et déjà lors de sa toute première formation en Belgique en 1993 à l’invitation de l’Université de Paix.

Des infos à venir aussi sur notre page Facebook ou sur le site de l’UP pour le lieu, le programme et l’inscription : www.universitedepaix.be – prix : 15 € y compris le catering

 

Le 17 décembre : Une journée spéciale pour ceux qui désirent transmettre la Communication NonViolente

 Son thème : « Comme accompagnateur et transmetteur de la CNV : dynamiser un groupe (de pratique ou autre):  Juste rythme et juste attitude »

Voici le descriptif qu’en donne la formatrice Anne-Cécile Annet :

A vous qui animez/accompagnez un groupe de pratique CNV ou qui transmettez la CNV à un niveau ou à un autre, cette journée se veut soutenante et clarifiante quant aux thématiques suivantes :

– Exploration de ce qui « alourdit » la dynamique du groupe et de ce qui l’allège,

– Souplesse/Cadre : trouver le juste équilibre

– Selon le format proposé (2 heures, 3 heures ou plus), comment construire une séquence qui soit dans le bon rythme,

– Accueillir, contenir, gérer les interventions/résistances des participants : un travail de haute-voltige,

– Composer et surfer avec les besoins d’empathie et les besoins d’apprentissage.

La journée sera construite essentiellement à partir des apports, questions et expériences des participants. Elle sera la plus pratique possible étant donné que « c’est en girafant qu’on devient girafe et que c’est en se plantant qu’on pousse !

Prérequis : 10 jours de cours de base CNV – pour responsables de groupes de pratique et transmetteurs

12 personnes maximum

Lieu : région namuroise encore à préciser

Prix : 100 Euros à verser sur le compte de l’ACNV-BF asbl, 25% de réduction pour les membres de l’asbl (si l’argent est un obstacle à votre participation, contactez-nous).

Cette formation est offerte par Anne-Cécile Annet à l’ACNV-BF. Son bénéfice servira à soutenir les actions de l’association.

Inscription via le secrétariat de l’association.

 

La rentrée du Vif l’Express : un article sur la CNV !

Un dossier de 10 pages et la première de couverture du Vif l’Express daté du 30 août !

Voilà une magnifique opportunité de faire connaître la CNV que nous devons au journaliste Olivier Rogeau, envers lequel nous sommes pleins de gratitude.

Il a investigué, entre autres, auprès des formatrices certifiées Anne van Stappen et Anne Bruneau, et pris, avec sérieux et soin le temps nécessaire pour intégrer la philosophie ainsi que les concepts et de la CNV.

Il présente une synthèse des aspects théoriques et des applications de la CNV de façon vivante et concrète en évitant l’écueil « bisounours » ou « peace and love ».

Il aborde donc des questions pertinentes telles que la méfiance vis-à-vis du processus ou l’éventuelle inadaptabilité de celui-ci, dans un monde où sont trop souvent sont valorisés la performance et le résultat, au prix détriment de la qualité des relations humaines.

À mettre entre toutes les mains !

Le dossier dans son intégralité est disponible sur notre site :

A la maison, au travail, à l’école…Comment se parler sans s’agresser

Le VIF L’EXPRESS 2018 08 30 COVER CNV2 Critiques récurrentes (1)

Le VIF L’EXPRESS 2018 08 30 COVER CNV3 25 ans Belgique

La CNV crée un cercle vertueux

Le VIF L’EXPRESS 2018 08 30 COVER CNV5 ITV Anne Bruneau

À découvrir également sur le site d’Anne Bruneau

 

Pratiquez … Vous avez dit Pratiquer ? Oui … et comment !!!! ????

par Jacqueline De Picker, bénévole au sein de l’ACNV-BF et coordinatrice site-Page Facebook de l’association

 

Marshall Rosenberg, fondateur de la Communication NonViolente (CNV) disait régulièrement : « Pratiquez, pratiquez, pratiquez,… «

Thomas d’Ansembourg outre qu’il répète à l’envi : « La Paix ça s’apprend comme les maths ou le foot » (cf la video de sa conférence à LLN), suggère systématiquement dans ses stages de se donner de l’empathie « 3 minutes, 3 fois par jour ».

Cet été, j’ai lu le livre de Ike Lasater (USA) « Guide pratique de Communication NonViolente à l’usage des dirigeants et de leurs collaborateurs » et y ai trouvé, illustrées par de nombreux exemples pratiques très vivants, des idées inspirantes comme pistes pour évoluer, progresser dans son intégration de la CNV.

Je vous les partage avec enthousiasme ! (N.B. en italique des extraits du livre)

Tout moment est potentiellement favorable à l’Entraînement.

Les bases de la CNV (le processus en 4 étapes O pour Observation/S pour Sentiment/B pour Besoin/D pour Demande) vous étant devenues familières, Ike Lasater suggère une chronologie dans l’apprentissage :

1°) s’entraîner silencieusement à prendre conscience des blocages de connexion (point crucial pour apprendre à reconnaître les schémas que vous espérez changer), à pratiquer l’auto-empathie (accueillir et clarifier ce qui se passe en vous) puis l’empathie (accueillir ce qui se passe chez l’autre) silencieuse

Les avantages de la pratique silencieuse sont multiples : elle permet de s’entraîner en toute discrétion, de pratiquer à tout moment en tout lieu (ex : en voiture – à la caisse d’un supermarché – dans l’attente d’une communication téléphonique – …), de développer votre aptitude à l’auto-empathie et l’empathie silencieuse (va-et-vient lors d’un échange) avant de vous sentir prêt à vous exprimer à voix haute. Il y a de fortes chances pour que votre expression orale vous convienne après un moment de pratique silencieuse. C’est un processus graduel et il mène à une transformation intérieure.

2°) Célébrer ses avancées et faire le deuil de ses erreurs quotidiennement

C’est au matin que je fais avec le plus de bonheur l’exercice de passer la journée précédente en revue ; mais d’autres le feront plus volontiers en soirée pour le jour même.

Cela crée un Cycle d’apprentissage continu : prise de conscience de votre conduite, deuil, célébration, amélioration de ce qui vous a plu, éloignement de ce qui vous a déplu, le tout, dans le seul but de satisfaire vos aspirations profondes.

3°) Pour augmenter confiance en soi et savoir-faire par la pratique, s’exercer aux compétences de l’expression qu’il s’agisse de l’expression honnête (de ce qui se passe en moi) ou de l’écoute empathique (accueil verbal bienveillant de ce qui se passe chez l’autre).

Pour s’exercer avec une relative sécurité et éviter certains pièges de la pratique « sans filet », il conseille de s’exercer en premier avec des personnes inconnues et aussi avec les proches … pour autant d’avoir conclu avec ces derniers une « convention pour pratiquer » ; obtenir leur assentiment pour qu’ils soient prêts à un changement dans votre manière de communiquer et d’accord de participer à vos efforts.

Il distingue les conventions « génériques » (globales), les conventions de prise de conscience (où on demande à l’autre d’attirer notre attention sur un point précis – ex : si j’émets un jugement au lieu d’une observation) et les conventions de prise de responsabilité (ex : donner à ses proches le pouvoir de nous rappeler à l’ordre)

4°) Pour s’entraîner au dialogue, il parle aussi plus loin de jeux de rôles qu’il me paraît judicieux de pratiquer avec une personne également en apprentissage CNV et donc par exemple en stage CNV ou en groupe de pratique.

Il écrit par exemple : « Je peux pousser l’exercice plus loin en notant ce que j’aimerais dire à cette personne, puis, en donnant à mon partenaire dans le jeu de rôle le script des réactions que je crains le plus, m’exercer à y répondre. Cela me donne également l’occasion de m’entraîner à l’auto-empathie de secours, puisqu’entendre ce que je crains le plus risque de me réactiver. »

Il signale aussi que « Certains décident aussi de « sauter dans le vide » et d’utiliser la CNV dans toutes ses interactions, peu importe le cadre. » C’est la manière forte pour les plus audacieux !

La CNV n’a pas pour objet de modifier votre manière de parler mais bien de modifier la manière dont vous pensez et envisagez le monde. C’est une entreprise d’envergure.

L’intégration de la CNV prend du temps, demande de la détermination, du courage et donc aussi du soutien parfois.

Comme stratégies, il suggère : « Il est utile de s’inventer des rappels pour nous encourager à pratiquer. Nous pouvons afficher des post-its à des endroits bien visibles, recourir à l’aide de nos proches, nous réserver des moments consacrés uniquement à nos exercices, comme nous l’avons vu plus haut pour ce qui est de nos deuils et célébrations quotidiens. »

Ou encore : « Il peut vous être utile d’impliquer une autre personne pour vous aider dans votre démarche et en garantir la constance. Un coup de fil quotidien pour faire le deuil et célébrer peut être particulièrement utile. Cette pratique quotidienne nous remet fondamentalement et de manière continue en lien avec notre intention de pratiquer la CNV. »

Il termine par « Le jeu en vaut la chandelle. En traduisant mes jugements en Observations, en identifiant mes Besoins assouvis ou non et en exprimant mes Demandes fondées sur ceux-ci, j’ai confiance de contribuer à un monde meilleur » et « je veux contribuer à un monde caractérisé par l’éveil de la bienveillance. »

J’ajouterai encore que faire appel à un ami, votre « binôme » lors d’un stage de CNV, un « parrain » CNV, une « girafe de secours » rencontrée lors d’un séminaire peuvent vous soutenir, que la participation à un groupe de pratique et les échanges avec vos pairs, la connexion à la communauté CNV via un groupe sur internet public ou fermé, utiliser un carnet de bord,  s’exercer avec le support de petits cahiers d’exercices comme ceux d’ Anne van Stappen * ou le coffret de Sophie Grosjean **  sont autant de » piqûres de rappel » visant à muscler vos capacités pour participer à la construction de ce monde NonViolent auquel Marshall Rosenberg nous a ouvert la voie.

‘*’

Petit cahier d’exercices de Communication NonViolente

Petit cahier d’exercices de bienveillance envers soi-même

Petit cahier d’exercices d’écoute profonde de soi

Petit cahier d’exercices pour s’affirmer et enfin oser dire non

Petit cahier d’exercices pour évoluer grâce aux personnes difficiles

Petit cahier d’exercices de Communication NonViolente avec les enfants

Mandalas bien-être Pratiquer la Communication NonViolente

Je pratique la Communication NonViolente

Je m’exprime avec fermeté et bienveillance

 

«’**’

La Communication NonViolente au fil des saisons 365 jours pour pratiquer la CNV de manière approfondie

 

Evénements internationaux :

            Un stage en Afrique

Le 5e séminaire international en CNV d’Afrique francophone se déroulera du 29 octobre au 4 novembre 2018 à La Sablière en Côte d’Ivoire.

Son thème : ÊTRE ARTISAN DE PAIX ET DE RÉCONCILIATION AU-DELÀ DES BARRIÈRES Pierre MUANDA (Congo – Belgique), Jean-Baptiste NDIKURIYO (Burundi – Belgique), Benoît BALLA (Cameroun – Belgique), Marie-Louise SIBAZURI (Burundi – Belgique), quatre de nos formateurs belgo-africains feront partie de l’aventure !

Pour plus d’infos, cliquez ici

Un appel à don pour soutenir ce projet est lancé : Appel de fonds Côte d’Ivoire 2018

            Se relier à la Communauté CNV mondiale

Une première concrétisation – de taille ! – du Plan pour un Nouvel Avenir de la CNV

Visitez le site : https://nvc-global.net (actuellement essentiellement en anglais) : une concrétisation amenée encore à évoluer de la « maison » pré-virtuelle du CNVC (Center for NonViolent Communication) et de la NVC-O (NonViolent Communication Organisation).
Il est destiné à tous ceux qui rêvent d’un monde où la CNV serait connue et pratiquée tous azimuts et qui veulent réaliser cela concrètement.
Vous pouvez dès à présent vous inscrire comme membres de cette communauté mondiale (via le formulaire de contact, ou via le forum Pré-Virtual Home sur Loomio) et interagir avec les membres déjà inscrits, suivre les développements de ce projet ambitieux et pourquoi pas, y prendre part.

            4e rencontre des référents francophones à Lyon du 24 au 26 novembre 2018

organisée par Christiane Goffard  et Isabelle Toussaint dans le cadre de l’ACNV-BF à l’intention des formateurs référents/es, co-référents/es, ex ou futurs/es référents/es.

Les « référents » sont des formateurs certifiés chargés de l’accompagnement de proximité des candidats à la certification, la formation elle-même étant dispensée lors de stages spécifiquement conçus pour le cheminement vers la certification.

Ces rencontres annuelles internationales francophones entre formateurs référents sont l’occasion de vivre ensemble rencontre, partage, soutien, créativité, célébrations, deuils, coopération, clarté et de partager infos, espoir, liens, questionnements, propositions pour accompagner au mieux les candidats formateurs CNV.

Pour en savoir plus sur les référents : http://www.cnv-certification.com/doc/descriptif-role-formateurs-referents.pdf   ou la certification : http://www.cnv-certification.com.

 

Pour rester informé(e)

http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/

Suivez les actualités du réseau CNV belge via notre page Facebook :
https://www.facebook.com/acnvbf/

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de Juin 2018

Tournesol 2018 06

 

Au menu :

En lisant cette newsletter, vous pouvez écouter la chanson « See me beautiful » : de Marshall Rosenberg. 

 

Editorial

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

Chers tous et toutes,

Cher(e)s Ami(e)s et Amoureux de la CNV,

 

Les vacances d’été sont devant la porte ! Moment de célébration de l’année écoulée, moment de pause, moment pour faire autre chose, pour regarder la vie avec un oeil différent, plus détendu, plus disponible.

L’association, toujours en vue de sa mission de développer et de diffuser le processus de Marshall Rosenberg, développe et amplifie ses interventions, sa présence, et la visibilité de la CNV. Beaucoup de nouveautés sont au menu de cette News d’avant les vacances. Vous pourrez y choisir un stage, un salon, un livre, une vidéo en fonction de vos besoins et élans. Nous sommes par ailleurs aussi à l’écoute de vos demandes et propositions. Elles sont bienvenues.

Nous vous souhaitons une période d’été en légèreté, qui vous permette de vous ressourcer  et de vous régénérer, pour toucher toujours plus la Vie en vous.

Dans la joie du lien bienfaisant,

 

Régine et Jacqueline

 

 

Continuez à nous suivre – Dites OUI au RGPD

 

Vous faites partie des personnes qui reçoivent notre Newsletter +/- 4 fois par an.

Nous avons à cœur de vous y donner des nouvelles de ce qui se passe en Belgique au niveau de la CNV : des événements qui ont lieu, les dernières news sur ce qui se passe dans notre communauté et de créer du lien entre girafes, ami.e.s des girafes (et des gentils chacals  ).

 

Vous le savez, le RGPD (Règlement Général de Protection des Données), est entré en vigueur depuis le 25 mai 2018. Nous désirons poursuivre le lien avec vous dans le respect des données que vous nous avez fournies, car nous  partageons les objectifs de cette règlementation.

Afin d’être en accord avec celle-ci, nous demandons de nous donner votre accord explicite pour continuer à recevoir notre lettre d’informations.

Aussi, si vous avez l’élan de continuer à être nourri.e des liens de notre communauté, nous vous remercions de :

  • Soit nous envoyer un mail par retour en notant simplement OUI suivi de votre nom et prénom
  • Soit cliquer en toute fin de ce mail sur le lien : update subscription preference et de compléter vos coordonnées dans le menu.

Si vous cliquez en toute fin de mail sur unsubscribe from this list : vous ne recevrez plus de nos nouvelles. Nous en serions attristés et souhaiterions que nos chemins se recroisent

 

3 nouvelles formatrice certifiées !

3 nouvelles FC

L’équipe de l’ACNV-BF et avec elle tout le réseau CNV de Belgique francophone sont extrêmement heureux de vous annoncer la certification de trois nouvelles formatrices qui viennent renforcer les rangs des diffuseurs expérimentés de la CNV. Pour y parvenir elles ont parcouru un long chemin qui leur a permis d’acquérir un savoir-faire et un savoir-être cohérents et fidèles au message de Marshall Rosenberg.

Nous vous les présentons :

Rosalie Kpodonou :

Sa rencontre avec la Communication Non Violente — outil formidable et puissant auquel elle a été formée par son fondateur, Marshall Rosenberg, marque l’un des moments clés de son parcours.

Passionnée et convaincue, elle n’a cessé depuis de transmettre depuis plus de 15 ans les clés de la CNV afin de rendre cet outil universel accessible à tous, au-delà des barrières sociales et économiques. Elle s’adresse à tous les publics et s’intéresse particulièrement aux centres de formation pour les femmes en situation précaire. Elle a mis sur pied un groupe d’intervision avec formateurs certifiés et transmetteurs CNV en Belgique. Elle fait partie du cercle Afrique et souhaiterait participer à des projets sur le continent africain. Elle habite Bruxelles. Elle est la rédactrice d’un article ci-dessous.

 

Réhana Rymambee :

déjà participante à la session d’orientation du parcours de certification en 2013, elle a intégré et partage la CNV notamment dans la communauté musulmane bruxelloise avec profondeur, courage et engagement en particulier avec les femmes de sa collectivité. Elle proposera une conférence au Salon Valériane le 31 août.
Nathalie Hanno : 

Son authenticité même dans les moments difficiles, sa vulnérabilité, sa bienveillance, son audace de faire des demandes et d’accueillir ce qui en découle témoignent qu’elle vit pleinement ce qu’elle enseigne. Animant des groupes de pratique depuis quelque temps déjà, elle développe des projets sur Mons et Rixensart.

Avec Réhana, elle a repris la formation longue CNV précédemment proposée par Christiane Goffard et Martine Casterman, gage de confiance en leurs capacités de transmission.

 

Toutes trois ont désormais leurs coordonnées reprises dans la liste des formateurs certifiés

et proposent des formations sur le site de l’ACNV-BF .

 

Que signifie « Etre certifié par le CNVC » ?

Le CNVC (Center for Non Violent Communication) est une organisation mondiale à but non lucratif, qui promeut l’apprentissage et le partage de la CNV telle qu’enseignée par Marshall B. Rosenberg.

Il œuvre pour qu’une masse critique de la population mondiale utilise la Communication NonViolente (CNV) pour la résolution pacifique des conflits (1).

A travers le processus de certification, le CNVC vise deux objectifs à long terme :

  • Créer une communauté de formateurs certifiés aspirant à travailler avec le CNVC pour concrétiser sa vision (2) – vision d’une société dans laquelle les structures favoriseraient l’intelligence collective, ainsi qu’un esprit de solidarité et de partage (3)
  • Veiller à ce que la CNV soit enseignée à la prochaine génération et aux générations futures d’une façon qui préserve et garantit l’intégrité du processus CNV (2) en garantissant ainsi la qualité de la transmission offerte (3)

« Depuis 2009, en Europe francophone, une équipe de formatrices certifiées en CNV a mis sur pied un parcours destiné aux personnes attirées par la perspective de travailler en réseau et d’actualiser une nouvelle façon de se relier les unes aux autres.

Ces formatrices souhaitent également préserver l’intégrité de la transmission de la CNV dans les régions francophones et au-delà, favoriser la mise en place d’un réseau solidaire et faire bénéficier d’autres personnes de ce qu’elles ont reçu de Marshall Rosenberg directement.

Le parcours qu’elles ont conçu permet ainsi aux candidats d’acquérir savoir-faire et savoir-être et de devenir à leur tour les ambassadeurs d’une manière de vivre qu’ils peuvent diffuser plus loin. L’ensemble du parcours dure généralement 3 à 4 ans.

La « certification » valide des compétences et des aptitudes à vivre au quotidien selon les principes de la CNV et représente un engagement, renouvelable d’année en année. Ce n’est pas à proprement parler un diplôme. » (3)

Le titre de « formateur certifié du CNVC » signifie que celui qui le porte est relié au CNVC et bénéficie du cautionnement de celui-ci.(4)

Pour en savoir plus sur le parcours de certification en francophonie voyez le site de la certification.

Sans être formateur certifié ou dans le parcours de certification, peut-on partager la CNV ?

Les certificatrices, répondent à cette question :
« Oui, c’est tout à fait possible et nous sommes même heureux que vous en ayez le désir ! Nous vous encourageons à faire connaître autour de vous ce qui a du sens et de la valeur à vos yeux.
Nous vous demandons cependant :

  • d’avoir suivi un nombre de jours de formation en CNV permettant une maîtrise suffisante du processus de CNV
  • d’utiliser un autre terme que « Communication NonViolente », « CNV » ou « Langue girafe » dans vos publicités officielles, même si vous reconnaissez vous inspirer de Marshall Rosenberg et de son processus de communication ;
  • d’informer les personnes de votre public du fait que vous partagez avec elles votre compréhension personnelle du processus de la CNV ;
    • de mettre à disposition de ces personnes le nom du Centre pour la CNV (cnvc.org) et des formateurs certifiés de votre région, s’il y en a.
    En vous demandant cela, nous espérons que ces personnes puissent être informées des diverses possibilités de formation à la CNV existant actuellement. »(4)

 

Sources :

 

 

Une autre perception des relations humaines

La Communication NonViolente

 

Texte écrit par Rosalie Kpodonou, formatrice en Communication NonViolente

 

« Décembre 1999.

Une amie me propose d’essayer une nouvelle paire de lunettes.

Déjà satisfaite de celles que je porte habituellement, mais légèrement curieuse et sans attente particulière, j’y vais.

Je les découvre : étonnamment contemporaines, décontractées, confortables, résistantes et colorées.

Instantanément en les testant, de nouveaux horizons s’ouvrent à moi ; 

un autre regard sur moi et sur les autres.

 

Nette possibilité de reprendre en main la responsabilité de ma vie. 

Une ouverture vers plus d’autonomie. 

Une liberté d’être qui je suis, d’affirmer mon point de vue.

J’ai perçu aussi bien de près que de loin comment me relier à la part d’humanité de l’Autre.

En les portant régulièrement, j’allais mieux comprendre ce qui se passe dans ma relation à moi-même et aux autres, et j’allais pouvoir mettre en œuvre de nouvelles représentations et comportements.

 

Durant les années qui suivirent, lors de mes formations avec MB Rosenberg (créateur de « lunettes CNV »), j’ai été invitée à prendre conscience de ce que je vis vraiment (mes aspirations), et de ce que l’autre vit aussi pour créer les conditions d’une vraie rencontre.

Entrer dans ce processus a renforcé ma confiance intérieure et a libéré ma créativité ; cela m’a permis de développer une prise de conscience : mes actes et mes choix sont suivis de conséquences. 

Et de constater, avec le temps une envie croissante de m’ouvrir à l’autre.

Ce qui fait la spécificité de ces lunettes, c’est la mise en relief de l’attention autant à soi qu’à l’autre, de l’empathie et de la bienveillance. L’accent est avant tout mis sur la qualité de la relation. C’est une démarche qui permet le développement personnel et le développement relationnel, au service du « vivre ensemble ».

Ce que j’apprécie particulièrement, c’est ce coté à la fois simple (théorie) et complexe (pratique) de ces lunettes personnalisables, accessible à tous

 

Quatre étapes de la « vision CNV » :

  • Observation des faits

Un soir, mon fils de 5 ans, revenant d’un week-end passé chez ses grands-parents, se mit à crier en rentrant dans la maison en me voyant : « j’ai faim, j’ai faim. »

Pas moyen de le mettre en pyjama.

J’ai choisi de prendre le temps, pour aller à sa rencontre et essayer de comprendre ce qu’il tentait de me dire.

Je me suis assurée qu’il avait été bien nourri. Mais alors de quoi avait-il faim ?

 « J’ai faim, j’ai faim ! » continuait-il de dire.

  • Identification des sentiments

 Je voyais bien qu’il était énervé, stressé mais pourquoi ?

  •  Ecoute ou expression du besoin

Es-tu inquiet parce que quand tu reviens à la maison après deux jours tu aimerais prendre le temps de retrouver les gens que tu aimes avant d’aller au lit?

Sa respiration s’est apaisée et il a commencé à me sourire.

  • Faire une demande concrète, claire et négociable

Ça te dirait de venir dans mes bras pour un bisou et une histoire, avant de dormir ? Il semblait détendu, rassuré, prêt à coopérer.

Ça m’a fait chaud au cœur d’avoir pu créer cette qualité de lien avec lui, avec sérénité et douceur, parce que les gens qui nous sont chers sont parfois les plus difficiles à rejoindre.

 Parce que j’aime croire que comme dit Marshall Rosenberg : Quand les individus ont la possibilité de vivre des relations basées sur le respect mutuel, il y a une amorce vers une société moins violente, plus équitable, attentionnée et véritablement démocratique. » 

 

Rosalie Kpodonou

http://cnvbelgique.be/?formateur=50

www.arbrerouge.org

info@arbrerouge.org

 

Autres formateurs certifiés sur : http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/coordonnees-des-formateurs/

 

 

AG du 9 juin : CA renouvelé et Convention avec les formateurs certifiés

  • L’Assemblée Générale annuelle de l’ACNV-BF s’est tenue ce 9 juin et a nommé un nouveau Conseil d’Administration (CA). Si Régine Boone et Thierry Dewandre restent en place, Isabelle Toussaint a cédé la sienne à Arnaud Deflandre.

Merci à Isabelle pour son engagement qui a permis à l’asbl de continuer son chemin. Soulignons sa fiabilité durant cette année où elle a été secrétaire de l’association, son investissement dans Girafeco et l’aide fournie à la librairie de l’asbl. Arnaud nous apporte ses compétences d’indépendant et s’occupe déjà de l’organisation des salons auxquels l’asbl participe, de la librairie et des contacts avec les nouveaux bénévoles.

  • Au cours de cette même assemblée, le CA a présenté aux formateurs certifiés une convention de partenariat et nous nous réjouissons qu’une dizaine d’entre eux y aient déjà souscrit depuis !

Ce document a pour intention de favoriser l’incarnation des valeurs et l’esprit de la Communication NonViolente, de fluidifier les relations entre les formateurs certifiés du CNVC et l’ACNV-BF asbl et de favoriser la coopération entre les formateurs certifiés signataires de cette convention et l’asbl. L’intention est de contribuer ensemble à faire connaître l’existence de la Communication  NonViolente et les possibilités de s’y former au plus grand nombre de personnes possible en Belgique francophone.

Cette convention s’inscrit dans l’esprit de l’accord édité par la CNVC et intitulé « Accord2014-formateur-certifie-et-cnvc-v3 » .

 

Les salons

Villers2017 

Forte de ses expériences passées et de celles de ce début d’année où elle a déjà participé à deux salons (celui de Villers-la-Ville le 28 avril et le 2e colloque de Psycho-Education ces 21 et 22 juin), l’asbl envisage de développer cet aspect de ses activités qui permet de faire connaître la CNV à un public non initié en « live » et via le net grâce aux enregistrements des conférences y données.

Voici l’agenda des prochains salons où nous comptons être présents :

Salon Valériane à Namur du 31 août au 2 septembre avec une conférence proposée par Réhana Rymambee le 31 août

Salon Educ (précédemment à Charleroi) qui se tient cette année à Bruxelles du 3 au 7 octobre

Salon « Vivons le Féminin » à Gerpinnes les 27 et 28 octobre

Et pour célébrer les 25 ans de la CNV en Belgique :

Participation active aussi à la journée du 23 novembre de l’Université de Paix à Namur avec après-midi de commémoration des 25 ans de la première formation donnée par Marshall Rosenberg en Belgique.

 

Nous avons besoin, pour nous aider à assurer les permanences des stands, que quelques personnes viennent étoffer notre équipe. Une expérience riche en contacts humains et porteuse d’espoir !

Manifestez-vous auprès d’Arnaud

Dominique Gilkinet a proposé le 28 avril au salon Bien-Etre, à Villers-la-Ville une conférence interactive intitulée :  » Avec la CNV, développer dans notre vie l’harmonie, la cohérence entre nos aspirations et ce que nous vivons ! »

Thomas d’Ansembourg a, lui, présenté à Namur ces 21 et 22 juin, au 2e colloque de Psycho-Education réservé aux professionnels, un exposé sur « L’estime de soi ».

Ces deux interventions ont été filmées par nos soins. Le montage est en cours pour vous en faire bénéficier ! Des nouvelles prochainement via notre page Facebook  .

 

Les actualités sur Facebook

L’association est active sur Facebook en alimentant régulièrement sa page : avec des annonces de salons, de conférences, d’ateliers et de formations, des capsules videos, des webinaires, des informations sur les projets de diffusion qui se mettent en place, … principalement en Belgique francophone.

Si ce n’est fait, abonnez-vous à notre page Facebook

 

 

Parutions récentes de livres

A la veille des vacances, nous vous suggérons des lectures de livres récemment parus :

Anne van Stappen vient de sortir un nouveau cahier poche : « Je m’exprime avec fermeté et bienveillance » facile à emporter de par son format, et fourmillant d’idées pour vous coacher vous-même et vous encourager sur la voie de l’expression authentique et bienveillante prônée par la CNV.

Nos amis de l’association française AFFCNV ont, eux, présenté les deux premiers carnets de la collection « mon carnet CNV » :

Le premier est un « Carnet de Pratique de la Communication NonViolente » en 2 volets : Célébration et Deuil, conçu par Pascale Molho et Sophie Rousseau.

Le second « Mon Journal de bord » est écrit par Françoise Keller.

Ils sont illustrés par Letti Gribouille et mis en page par Philippe Neumann

Ces carnets composés de 48 pages format A5 avec une couverture couché brillant sont faciles à mettre dans un sac !

C’est l’AFFCNV qui assume financièrement le coût d’impression et les vend au prix de 5 euros l’exemplaire ; le bénéfice réalisé par l’AFFCNV va permettre de financer des projets de diffusion de la CNV et de la paix, en France et dans le monde.

Des exemplaires sont également disponibles via une de nos formatrices belges. Envoyez-nous un mail au secretariat@cnvbelgique.be pour en commander.

Au rayon des livres éducatifs, les tomes 1 et 2 de « Gardiens du Sourire» viennent d’être édités en français, grâce notamment, à la détermination de la formatrice belge Sophie Grosjean. Ces ouvrages rédigés en 1997 par Nada Ignatovic Savic (1947-2011), formatrice serbe certifiée par le CNVC, déjà traduits en anglais, polonais, coréen, allemand et bientôt en chinois, ont déjà fait leurs preuves dans différents pays, et ont reçu une note positive d’experts internationaux de l’UNESCO et de l’UNICEF.

Attendus depuis plusieurs années au sein du réseau CNV francophone, ces deux manuels sont essentiellement composés d’ateliers pratiques à destination des enfants de 5 à 10 ans et de 11 à 15 ans.

La base théorique de ce programme est une combinaison d’approche interactionniste et constructiviste de la nature du développement humain, se fondant sur la théorie du développement selon Vygotsky ainsi que sur le modèle de Communication NonViolente de M. B. Rosenberg.

L’intention de ce programme d’ateliers est d’aider les enfants, au travers d’interactions dans un contexte ludique, à construire une stabilité émotionnelle, à développer des stratégies optimales pour surmonter des états d’esprit désagréables ou des conflits, à promouvoir des compétences d’expression de soi et de communication, à renforcer la confiance en soi et la confiance dans les autres, et à enrichir leur apprentissage sur eux-mêmes ainsi que sur les autres.

Découvrez quelques pages de ces précieux ouvrages et éventuellement les commander.

Le cercle Education du réseau CNV de Belgique francophone a pour intention de développer dans les écoles, une campagne de diffusion de la CNV à partir de ces livres et des carnets Prêt pour la Vie. Nous vous en dirons plus dans notre prochaine Newsletter.

 

Enfin au rayon des livres de témoignage, nous vous recommandons le premier livre de la journaliste algérienne Aïda Abida: « L’Islam et la non-violence ; le Djihad du cœur ».
Le récit d’un vécu personnel, de son parcours entre l’Algérie, où elle est née durant la guerre d’indépendance, la France où elle a grandi, et la Belgique où elle a étudié la religion musulmane. Le livre retrace son chemin vers la non-violence à travers l’Islam avec un passage sur sa rencontre avec la Communication NonViolente. Issue d’un peuple ayant connu la colonisation et la répression du régime post-indépendance, elle fait le choix politique de la non-violence comme philosophie et mode de vie. Elle présente son livre dans un entretien et propose ce 28 juin une conférence à Bruxelles. Voir son blog.

Pour commander le livre, écrivez à Jacqueline qui vous orientera vers le diffuseur.

 

Evénements internationaux :

            Wonderfool !!!…

Le projet WONDERFOOL : Et si on chantait ensemble le monde dans lequel on veut vivre ?

Le projet musical-humaniste WONDERFOOL met en musique les paroles de Marshall Rosenberg, le fondateur de la Communication NonViolente et s’attelle à diffuser la CNV au plus grand nombre par ce biais !

Découvrez le projet WONDERFOOL en images et en musique.

Aujourd’hui Wonderfool a besoin de soutien financier pour faire aboutir ce projet fou et avoir les moyens de produire un album, des clips, donner des concerts-ateliers dans les écoles, en prison, organiser des flashmobs et happenings inspirants…bref, pour faire chanter et danser un monde plus humain !  Pour contribuer au projet sur Hello Asso .

               Lancement du parcours de formation en ligne initié par Isabelle Padovani

Un premier webinaire en direct a eu lieu ce 18 juin (durée 2 heures) sur le thème de « l’Intention au cœur de la CNV » ou comment la pratique de l’intention est déjà une pratique à elle seule et peut radicalement changer nos relations (avec soi-même et autrui) au quotidien.

La participation se fait à partir d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un téléphone.

Pour tous ceux qui n’auront pas eu l’occasion d’y participer, l’acquisition du contenu de ce webinaire sous forme de Module des parcours du Club CNV, ce qui vous donne un accès :

  • à la vidéo intégrale du webinaire (incluant le temps de questions-réponses avec les participants)
  • à l’enregistrement audio du webinaire (téléchargeable)
  • aux documents au format PDF dont Isabelle Padovani parle dans le webinaire

Si vous souhaitez participer aux webinaires suivants et avoir l’occasion d’y poser vos questions, découvrez comment y accéder sur le site Club CNV .

Isabelle Padovani ne les considère pas comme des « formations » à part entière vu que :
– les participants n’y sont pas en lien direct et individuel avec un formateur/une formatrice,
– les participants n’ont pas l’occasion de pratiquer le processus entre eux et accompagnés par le formateur, comme cela se vit dans les formations en présentiel.
Ces webinaires pourront être considérés comme faisant partie du « bagage » en CNV, acquis à titre personnel.

 

 

Pour rester informé(e)

http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/

Suivez les actualités du réseau CNV belge via notre page Facebook :
https://www.facebook.com/acnvbf/

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de Mars 2018

 FiguresNonViolence

 

Au menu :

En lisant cette newsletter, vous pouvez écouter la chanson « les mots sont des fenêtres ou des murs » : https://www.youtube.com/watch?v=n567ieRlkvE  de Marshall Rosenberg.

Girafe

Editorial

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

Chers tous et toutes,

 

Alors que le printemps vient comme chaque année nous réjouir et faire éclore la nature, nous avons choisi de mettre la non-violence en lumière, en hommage à Gandhi et Martin Luther King qui nous ont quittés il y a respectivement 70 et 50 ans, ainsi qu’à Marshall Rosenberg qui  s’est investi pour la Nonviolence pendant la plus grande partie de sa vie. Le non à la violence gagne du terrain et est pour nous source d’espérance. Qu’elle le soit pour vous aussi !

Durant votre lecture, vous découvrirez aussi des actualités CNV, les projets de l’association, comment intégrer un groupe de pratique et ce qui est proposé comme formation continuée aux transmetteurs et personnes intéressées à approfondir la CNV.  Vous trouverez également plusieurs pistes  pour accéder à l’information qui vous est utile.

Vous souhaitant  une connexion profonde à la Vie en vous, nous espérons vous (re)voir à l’occasion d’une de nos activités !

 

Régine et Jacqueline

 

Actualités- projets

Thomas d’Ansembourg (formateur certifié en CNV) est intervenu le 6 mars 2018, de même que Cindy Abbeloos (association stop VEO) et Laura Arnould, sur le thème de la violence éducative ordinaire (VEO) et les façons d’y pallier dans un dossier : « VEO et paix durable » au cours de l’émission radio «Tendances Première» sur la Première. Vous pouvez réécouter l’émission via Auvio ici :

https://www.rtbf.be/auvio/detail_tendances-premiere?id=2319063

 

Le 6e Sommet de la conscience a ouvert ses portes virtuelles depuis hier le 21 mars et jusqu’au 1er avril inclus. Sont prévues 39 vidéo-conférences inspirantes et gratuites (!) dont 2 proposées par des formatrices certifiées en CNV :

  • le 21 mars Isabelle Padovani : « Accueillir et exprimer ses limites pour mieux réaliser nos rêves » » (disponible au visionnement 48 h.)
  • le 28 mars, Diane Baran : « Aimer ce qui est »

Pour vous inscrire : http://sommetdelaconscience.com/sommet-2018

 

Les 28 et 29 avril l’ACNV-BF participera au Salon Bien-Etre de Villers-la-Ville. Vous pouvez rejoindre notre équipe de bénévoles pour nous aider à tenir le stand en écrivant à :

secretariat@cnvbelgique.be

Nous serions ravis aussi qu’un bénévole cameraman/”journaliste” nous rejoigne pour l’une ou l’autre vidéo /interview de nos activités dont ce salon.

 

L’Assemblée générale de l’association ouverte à tous les membres se tiendra dans le courant du mois de juin. La date sera communiquée bientôt.

 

Une rencontre pour référents francophones (les formateurs certifiés qui parrainent, soutiennent les candidats formateurs dans leur parcours) se tiendra en octobre à Lyon. L’organisation en est assurée par Christiane Goffard, formatrice certifiée belge.

 

Un vent favorable nous a soufflé qu’Anne van Stappen publiera fin mai un petit cahier en version poche aux Editions jouvence qui s’appellera: « J’exprime mon opinion avec fermeté et bienveillance ». Il traitera de la manière de dire sa vérité sans blesser, des différentes sortes de besoins et aussi des profondeurs de strates de besoins. Anne Vans Stappen  espère ainsi apporter du soutien à ses lecteurs. Par ailleurs, son premier roman « Ne marche pas si tu peux danser » http://cnvbelgique.be/ne-marche-pas-si-tu-peux-danser/ sort avec un nouveau bandeau qui mentionne que le roman qui a conquis 40 000 lecteurs.

 

Au rayon du web, nous sommes heureux de constater que la vidéo du film de la conférence de Thomas d’Ansembourg donnée l’an passé à Louvain-la-Neuve « La Paix ça s’apprend » continue à être visionnée et a passé le seuil des 40.000 vues ! Vous pouvez encore la visionner : https://www.youtube.com/watch?v=7WI1joJ3SlY .

 

Notre page Facebook a, beaucoup plus modestement, passé le cap des 500 abonnés quand même. Si vous ne l’êtes pas encore, soutenez-nous en « likant » la page ou en vous abonnant : https://www.facebook.com/acnvbf/ .

Enfin, deux de nos formatrices certifiées, parmi les plus « branchées », Anne van Stappen et Sophie Grosjean ont leur chaîne YouTube : pour Anne, il s’agit de la chaîne : «Cœur naturellement vibrant : https://www.youtube.com/playlist?list=PLEvdoRaPqgWCWOBWcFdsD6i5VeKTrtPLA, et pour Sophie : sophie grosjean cnv : https://www.youtube.com/channel/UCxzxXYhU6EDbBU9t_xE0cKg/videos

Par  des vidéos, Anne Van Stappen partage des thèmes qui lui sont chers au gré de ses élans, et Sophie partage notamment de créatives façons d’utiliser le jeu de cartes «Au cœur de la communication  Nonviolente » : http://cnvbelgique.be/cartes-coeur-de-…tion-nonviolente

 

Optez pour la non-violence car elle est plus efficace !

Il y a 70 ans disparaissait Mohandas Gandhi, figure célèbre pour son rôle déterminant dans la lutte pour l’indépendance de l’Inde. Vous pouvez retrouver 5 dates clé de la vie de ce dirigeant politique, guide spirituel et source d’inspiration : https://www.youtube.com/watch?v=fzC1nbBN_Wo

Son moyen d’action a été la non-violence, dont il  disait :

– qu’ « elle ne consiste pas à renoncer à toute lutte réelle contre le mal, mais qu’elle est au contraire contre le mal une lutte plus active et plus réelle que la loi du talion », et

– que « sous a forme active, elle consiste en une bienveillance envers tout ce qui existe. C’est l’amour pur. »

Le film indo-britannique aux nombreux oscars Ghandi de Richard Attenborough sorti en 1982 http://www.hds.to/films/gandhi-1982-streaming.php (3 h. 11 de visionnement) retrace différents éléments célèbres de la vie de Mohandas Karamchand Gandhi et de la lutte pour l’indépendance indienne.

 

Le 4 avril 1968 – il y a 50 ans- les Américains apprenaient avec stupéfaction que Martin Luther King venait d’être assassiné. En à peine quelques années, Martin Luther King était devenu le leader du combat des Noirs américains pour les droits civiques. Son discours  “I have e dream” https://www.youtube.com/watch?v=8ryy7eP0kks prononcé le 28 août 1963 a été percutant.    Il choisit de recourir à la désobéissance civile et à la non-violence pour faire progresser la condition des Noirs américains. Son principe de non-violence est fondé sur sa conviction que l’univers est du côté de la justice.

Le film américano-britannique Selma réalisé par Ava DuVernay, sorti en salle en 2014 est, lui, directement inspiré des événements ayant eu lieu dans la ville de Selma en 1965, concernant le mouvement des droits civiques américains et présente le rôle qu’y a joué Martin Luther King.

 

C’est durant ces mêmes années ’60, dans ce contexte de conflits raciaux et socioéconomiques que le psychologue Marshall B. Rosenberg a commencé à élaborer une méthode basée sur la conviction que notre nature profonde est de vouloir contribuer au bien-être d’autrui. Il se donne le but d’aider les êtres humains à adopter un comportement de bienveillance (« un échange avec autrui motivé par un élan du cœur réciproque ») auquel il aspire. Il l’appellera « Communication NonViolente » :  https://www.youtube.com/watch?v=uzCm6K_tSyc

A l’époque il intervient auprès de diverses communautés américaines qui travaillaient à rétablir l’harmonie dans des écoles et diverses institutions publiques. Aujourd’hui, nombreux oeuvrent de par le monde à la diffusion de ce processus respectueux des besoins de tous. Marshall B. Rosenberg s’inspirera notamment des pensées de Gandhi et Martin Luther King.

 

Steven Pinker, professeur de psychologie cognitive à Harvard est classé parmi les « nouveaux optimistes ». Auteur d’un essai sur l’évolution de la violence (« La part d’Ange en nous », Les Arènes, 2017), il constate que la résistance civique, ça marche. Il fait référence à une étude menée par 2 chercheuses américaines en sciences politiques Erica Chenoweth et Maria Stephan qui ont passé en revue des centaines de mouvements de protestation violents et non violents à travers le monde afin de les comparer en termes de résultat. Et leur conclusion ne laisse aucun doute : la résistance non violente débouche sur deux fois plus de réussites ! On peut donc dire que Gandhi, Martin Luther King et Marshall Rosenberg ont raison en termes de stratégies. Si les mouvements non violents connaissent plus de succès à l’issue de la lutte, c’est aussi parce qu’ils évitent les accès de représailles. Ils ont donc plus puissants, non seulement du point de vue de la morale, mais aussi par leur efficacité supérieure.

Steven Pinker brosse par ailleurs un tableau encourageant de notre époque, qui est selon lui le fruit de plusieurs siècles de révolution humaniste. « L’espèce humaine a un passé violent », mais notre monde n’a jamais été aussi peu violent qu’aujourd’hui. Parmi d’autres facteurs, qui participent à cette évolution, il souligne la généralisation de la lecture (théâtre, romans, essais historiques ou journaux) qui a induit une plus grande faculté à se projeter dans la tête de l’autre. Le développement de l’empathie, explique Steven Pinker, « diminue le goût de la cruauté ».

À l’évidence, il est encore trop tôt pour que la violence ait disparu de l’espèce humaine. Mais, explique le psychologue, le contrôle de soi, l’empathie, le sens moral ou encore la raison, c’est-à-dire les « meilleurs anges de notre nature » qui ont donné son titre à son ouvrage, jouent en faveur d’une évolution vers le non à la violence.

 

Franchir le fossé entre nos anciens réflexes de violence et l’empathie est le résultat d’un travail. Mais si le résultat en est une qualité et une efficacité accrues dans les relations interpersonnelles, et une participation à l’évolution de l’humanité, n’en vaut-il pas la peine ?

 

Marshall Rosenberg et la Nonviolence

Texte écrit par Jean-François Lecocq, formateur certifié en Communication NonViolente

MR ChacalGirafe

 

Quelques fois, au cours de ses formations,
Marshall Rosenberg a été amené à clarifier la notion de nonviolence,
bien au-delà de la question de la communication.

Nous savons déjà combien divers événements significatifs, vécus dans son enfance,

ont déterminé ses recherches sur les causes de la violence et sur un modèle de communication au service de la vie.

Peu connaissent son engagement d’adulte dans la nonviolence.

 

Au sortir de sa formation en psychologie clinique en 1961, les Etats-Unis intervenaient déjà depuis 6 ans de façon croissante au Vietnam. Marshall n’allait pas pouvoir éviter de se confronter à la réalité de la guerre.

D’une part, il se livre alors, comme il le dit, à « tout un tas d’études sur les criminels nazis[1] » et leur façon de penser et prend conscience à quel point il est lui-même « envahi », dit-il, par cette façon de penser. Il se dit alors : « Si je ne fais rien d’autres pour aider le monde, au moins ça, je veux l’enlever de ma propre conscience. Je veux être tout à fait conscient de la raison pour laquelle je fais ce que je fais ».

D’autre part, il participe à différents mouvements nonviolents comme celui de la lutte pour l’égalité hommes-femmes ou pour les droits civiques des noirs aux Etats-Unis. Le 2 mars 1965, dans un de ses discours, Martin Luther King prend position contre la guerre du Vietnam. Le 9 du même mois, le président Lyndon B. Johnson autorise l’usage du napalm.

Marshall raconte : « Je payais des impôts à l’époque. J’avais horreur de ça, je voyais que mon argent servait entre autres à envoyer du napalm au Vietnam. Mais comme un bon petit nazi, je me disais : « JE DOIS le faire ». Alors je me suis arrêté, je me suis dit : « Attend un peu là, attend un instant, pourquoi est-ce que je fais ça ? ». Ca n’a pas été tellement facile de changer cela en termes de : « JE CHOISIS de le faire ». Cela ne me plaisait pas trop de me dire que je choisissais d’envoyer du napalm sur les vietnamiens. Donc, j’avais beaucoup de résistance à répondre à cette question.

Et puis, tout à coup, j’ai eu la clarté : je faisais ça parce que je voulais éviter d’être envoyé en prison. Ca aide de devenir conscient, parce que du coup, j’ai arrêté de payer mes impôts ! ». Nous voyons ici, que sa conception de la nonviolence se traduit d’abord par un NON radical à collaborer à la VIOLENCE.

Poursuivant ensuite sa réflexion au-delà de ce premier refus, il se focalise sur la recherche d’une ALTERNATIVE NONVIOLENTE plus constructive à la situation. Il se pose alors la question : « Comment est-ce que je pourrais agir de manière qui soit plus en accord avec mes valeurs ET éviter en même temps d’aller en prison ? ». Car, comme il le reconnaît très honnêtement, aussi longtemps qu’il se disait qu’il DEVAIT payer ses impôts, il ne recherchait même pas une alternative. Sa conclusion ? La voici : « J’ai découvert une autre façon d’éviter d’aller en prison, en dehors du fait que je pouvais éviter d’y aller en payant mes impôts, mais je n’aurais pas découvert cette autre façon de m’y prendre si je n’avais pas changé ma façon de penser ». Il fonde alors – nous sommes en 1966[2] – le Centre pour la Communication Nonviolente en tant qu’organisation sans but lucratif. Ses formations sont facturées par le Centre qui va organiser ses activités et lui payer tous ses frais. Serait-ce pour cette raison qu’il n’a plus été imposable ? En tous cas cette organisation va constituer pour lui un soutien remarquable pour le développement des formations à la Communication Nonviolente dans le monde. Nous mesurons aujourd’hui l’ampleur des conséquences positives des choix de nonviolence qu’il a faits durant cette guerre.

Nous aussi, soyons conscient de notre responsabilité dans les choix que nous faisons car, comme nous le disait Marshall : « A chaque instant, nous avons le choix de détruire ou de servir la vie ».

 

Jean-François Lecocq
www.CommunicationNonviolente.info
Là où la conscience progresse, la violence régresse

Copyleft

 

1 Les citations de Marshall Rosenberg proviennent des enregistrements de la première Rencontre Intensive Internationale Francophone de CNV organisée par l’Université de Paix au Centre de La Marlagne à Wépion-Namur du 5 au 15 août 1996.

2 Cfr. : – Pierre-Bernard Velge, Flic ou voyou ?, éd. Labor 1999, p.129.
– Francoise Keller, Pratiquer la Communication NonViolente, InterEditions 2011, p.215.

 

Intégrer un groupe de pratique en Communication NonViolente ?

« Pratiquez, pratiquez, pratiquez ! » disait Marshall Rosenberg.

Des groupes de pratique, il y en a dans chaque région. Sur le site www.cnvbnelgique.be à l’adresse : www.cnvbelgique.be/groupes-de-pratique vous trouverez la liste actualisée des groupes de pratique existants à notre connaissance.

Pour mettre de la clarté sur comment/par qui sont animés les groupes, l’association CNV française propose diverses « catégories » de groupes de pratique :

  • Groupe de pratique : Un groupe de pratique est animé par une personne en cours de certification et/ou supervisé par un formateur certifié. Les participants ont suivi au moins un stage d’introduction. L’animateur est bénévole. Il peut demander une indemnité pour ses frais (photocopies, déplacement).
  • Groupe autogéré : Un groupe autogéré regroupe des personnes ayant suivi plusieurs stages (au minimum les 3 modules d’introduction) Les participants partagent l’animation du groupe Une personne prend en charge l’aspect organisationnel Les frais éventuels sont partagés entre les participants
  • Atelier de pratique : Un atelier de pratique est animé par un formateur certifié. Le formateur certifié peut demander une participation financière.

Les animateurs belges récemment interrogés ne se retrouvent pas tous dans cette classification.

Pas mal de groupes commencent en « auto-géré » de l’envie de divers participants à un stage – une formation de poursuivre leur apprentissage en ayant le soutien d’un groupe. Ces groupes fonctionnent alors en « circuit fermé » et ne sont pas nécessairement répertoriés sur notre site.

Et puis les groupes, comme la vie de chacun, évoluent. Dans les groupes de longue durée, parfois plus de 10 ans, certains quittent et pour maintenir un nombre significatif de membres pour la dynamique de groupe, de nouveaux l’intègrent et de groupe « fermé », le groupe se transforme en un groupe +/- ouvert. La personne en charge d’organiser les réunions (chez elle ou en tournante auprès des divers participants) de simple participante se mue en « animatrice », prend ce rôle à cœur, et comme « transmettrice » propose ou développe les thèmes à aborder. Les animateurs dans ce cas ne se font pas nécessairement « superviser » ni ne sont dans le parcours de « certification ».

La participation financière demandée est une contribution aux frais (locaux – photocopies – collations – …) et pour certains une contrepartie du temps d’investissement dans la préparation, l’organisation, les prises de contact en dehors des séances, d’un partie minime des coûts de formation continuée ou de supervision.

Parfois le groupe est créé à l’initiative d’une institution qui demande à un transmetteur d’intervenir.

Chaque groupe a sa spécificité : fréquence des réunions, leur durée, leur horaire (en journée ou en soirée), le jour de la semaine, les prérequis (une lecture, une introduction ou plus), le nombre minimum/maximum de participants, les modalités d’entrée/sortie du groupe, la façon dont se déroule une séance, les thèmes abordés, les conditions financières.

Puisqu’actuellement ces informations ne sont pas précisées sur le site, le plus simple pour vous est de contacter des animateurs pour voir avec eux toutes ces modalités et vous faire votre propre opinion sur l’animateur ou le groupe qui vous correspondra.

Si vous cherchez un groupe et n’en trouvez pas, signalez-le nous au secrétariat secretariat@cnvbelgique.be. L’asbl pourrait ainsi contribuer à rassembler des personnes désireuses de pratiquer et les aider à trouver un groupe ou à en constituer un.

L’association a aussi bien entendu à cœur une transmission de la CNV dans la fidélité à l’enseignement de Marshall Rosenberg et encourage la formation continuée des transmetteurs (cf. ci-dessous).

Tout ceci concerne des  groupes qui se réunissent physiquement à intervalles réguliers dans un endroit donné. Et pourquoi pas innover ? Au Canada, existe déjà au moins un groupe de pratique « en ligne ». Quelles sont vos idées ? Nous pourrions contribuer à les réaliser. Avec les développements de Whatsapp et autres skype on pourrait imaginer une vision plus « mobile » de nos groupes de pratique même si dans les relations humaines, rien ne vaut au moins de temps en temps une présence en chair et en os.

Formation continuée en CNV pour tous

  • Pour vivre le processus de la CNV en communauté, une « expérience d’immersion » en Communication NonViolente durant une période prolongée (9 à 12 jours) est possible afin de développer les connaissances, les aptitudes et la conscience de la Communication NonViolente, des «IIT » (pour International Intensive Training : Stage Intensif International). Habituellement résidentiels, ces stages sont animés par une équipe de formateurs/trices expérimentés dont plusieurs ont connu et/ou été formés par Marshall Rosenberg. Ils sont organisés à l’international par le CNVC cnvc.org et des organisations de CNV nationales.

 

Transmetteurs : Formation continuée et rencontre

Nous appelons « transmetteurs » les personnes sensibilisées à la Communication NonViolente, désirant transmettre le message de Marshall Rosenberg d’une façon intègre et fidèle et soucieuses de pratiquer les processus et de vivre elles-mêmes suivant les valeurs de la CNV.

Souvent ces personnes ont déjà accumulé un grand nombre d’heures de formations et recherchent des apprentissages spécifiques.

Des journées d’approfondissement ont été organisées pour eux par l’ACNV-BF ces dernières années grâce à la collaboration de divers formateurs certifiés :

  • Guy Debeusscher qui a traité de «Aborder les différenciations clés : du pouvoir « sur » au pouvoir « avec » » ,
  • Martine Casterman : « La girafe perd ses gros sabots … ou : Comment être une girafe incognito, quand O-S-B-D est devenu une seconde nature »,
  • Thomas d’Ansembourg : « Comment en tant que responsable de groupe de pratique, je me situe face aux participants ? suis-je complètement moi-même et dans mon élan de vie ou plus ou moins coincé(e) dans mon rôle d’animateur/trice, suis-je limité(e) par des croyances et préjugés (sur moi-même, les autres, la vie) ? puis-je aborder ces thèmes avec les participants et comment ? » et
  • Cathérine Schollaert : « La Médiation dans la pratique de la CNV ».

Une nouvelle journée pour transmetteurs est en gestation et nous vous en dirons plus prochainement.

Anne-Cécile Annet et Guy De Beusscher soucieux du suivi et de la formation continuée des transmetteurs, proposeront pour eux cet été du 4 au 7 juillet 2018 à Mellet – Belgique le thème : « Jeux de rôles et intégration de la CNV par le corps – Stage en Communication NonViolente ». Voir sur notre site : http://cnvbelgique.be/formation/formation-transmetteurs-lintegration-de-cnv-corps-jeux-de-roles/ – Pour plus d’informations et les inscriptions, contactez : Clothilde DUMONT : clothildedumont@gmail.com ou + 212 676.266 508

Le processus de certification francophone prévoit un panel de formations visibles sur cnv-certification.com. Là, il est question de s’engager dans le processus de certification pour devenir formateur certifié ou d’avoir l’opportunité de participer à un stage spécifique sur base des places disponibles et d’une présentation de motivation.

L’ACNV-BF a à coeur de soutenir les acteurs qui diffusent la CNV en Belgique et pas seulement les formateurs certifiés.

Le moment de rencontre pour transmetteurs annoncé dans notre Newsletter de décembre dernier n’a pas encore eu lieu.

Bienvenue à vos suggestions pour faciliter les contacts entre transmetteurs et/ou dynamiser Girafeco (Groupe de Transmetteurs en CNV) : forme de réunion, horaires, lieux, structure de réunion (physique ou informatique), l’intention étant de favoriser les liens, le soutien mutuel, la formation continuée, encourager les échanges et les émulations pour l’élaboration de projets de diffusion de la CNV ! Contactez-nous via le secrétariat secretariat@cnvbelgique.be

Pour rester informé(e)

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de Décembre 2017

Au menu :

  • Editorial
  • Bilan de l’année et bonnes résolutions
  • Un conte de Noël : la gratitude au sein d’une institution pour réfugiés
  • Bons plans cadeaux de fin d’année
  • Appel aux transmetteurs de Communication NonViolente
  • Changement social
  • Pour rester informé(e)

 

Editorial

 

Chers ami(e)s  (des) Girafes,

 

Pendant votre lecture, nous vous proposons d’écouter There is a place qui exprime si bien toute la douceur de la présence et de l’écoute bienveillantes que nous vous souhaitons de vivre et de partager avec vous-même et avec vos proches durant les fêtes de fin d’année.

Nous vous souhaitons que la CNV vous soit au quotidien une aide précieuse pour traverser et relever de moments difficiles, et pour vous guider vers toujours plus de joie, de sérénité et d’unité avec vous-même. Qu’elle vous aide à voir et incarner profondément « la beauté en vous » comme Marshal Rosenberg aimait l’exprimer.

Bonne lecture !

 

Bilan de l’année et bonnes résolutions

 

La fin d’année est traditionnellement une période propice pour faire le bilan de l’année écoulée et prendre de bonnes résolutions.

L’expression « Faire un bilan » traduite en CNV, c’est célébrer : célébrer les joies et les peines.

Dans la célébration des joies, nous voudrions particulièrement épingler pour cette année 2017 la conférence offerte au mois d’avril par Thomas d’Ansembourg : « La Paix, ça s’apprend, comme les maths ou le foot » qu’il nous a permis de diffuser sur internet, avec à ce jour, plus de 20.000 visionnements de la video :

https://www.youtube.com/watch?v=7WI1joJ3SlY . Quel plaisir de réaliser que le message de Marshall Rosenberg est ainsi partagé et participe à apporter conscience et contribution à la vie sur notre planète !

Pour ce qui est des bonnes résolutions, ce qui nous vient en tant que « pratiquants » de la communication NonViolente, c’est l’invitation de Marshall Rosenberg à « pratiquer, pratiquer, pratiquer ».

Pour ce faire, il y a la participation à un groupe de pratique qui nous aide par ses rendez-vous réguliers avec un groupe de pairs partageant les mêmes valeurs et pouvant s’épauler et s’entraider dans l’intégration de la CNV. Certains sont aussi animés en anglais, néerlandais ou allemand. Voir les groupes dans votre région sur : http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/   (liste mise à jour régulièrement)

Il y a aussi au quotidien, l’entretien de son « hygiène psychique » avec l’aide de la cnv, en même temps qu’on prend sa douche « physique » ou en tenant un journal de bord permettant d’assimiler progressivement les fondamentaux de la CNV. Voir dans les ressources de notre site un modèle :

http://cnvbelgique.be/wp-content/uploads/2017/12/JOURNAL-DE-BORD-1.pdf

 

Un conte de Noël : La gratitude au sein d’une institution d’accueil de réfugiés

 

« Si je souhaite exprimer de la gratitude pour l’acte de quelqu’un, si je suis conscient de mes sentiments au moment de cet acte, que celui-ci soit accompli par moi-même ou par quelqu’un d’autre, et que je sais lesquels de mes besoins sont comblés, l’expression de ma gratitude m’éveille au pouvoir que nous avons, nous les êtres humains, de servir la vie. » Marshall Rosenberg

 

La formatrice certifiée Anne van Stappen nous fait l’extrême plaisir de nous partager son témoignage d’une expérience vécue dans une institution religieuse ayant recueilli des femmes et des enfants réfugiés.

C’est notre conte de Noël assorti du joli dessin d’Erika dont il est question plus bas :

CoeurErika

« J’ai vécu un dimanche spécial et je suis heureuse de vous le raconter.
C’est long mais ça me met le coeur en joie d’offrir ce témoignage.

Hier j’ai entamé avec des collègues et amies une transmission de la CNV (Communication Non Violente) dans un centre pour femmes réfugiées.

Le thème du jour était « la gratitude ». En m’y rendant, je craignais que ce ne soit pas si évident à transmettre à des femmes qui ont tout perdu et dont le futur est très incertain.

Mais cet atelier fut bien émouvant ! J’avais volontairement choisi et demandé de mélanger les femmes réfugiées (Syrie, Albanie, Congo, Burundi, Côte d’Ivoire etc.) parlant déjà un peu le français, certains enfants de 8 à 10 ans et les membres de l’équipe d’encadrement de l’institution, dont des religieuses.

Après 20 minutes, et l’une après l’autre, les femmes réfugiées se sont mises à pleurer de gratitude vis-à-vis de l’équipe (et aussi l’une vis-à-vis de l’autre) et, comme elles l’exprimaient « façon CNV : « Quand je pense à…, je me sens… et ça a satisfait mon besoin de…», ça amplifiait encore l’émotion générale qui se construisait peu à peu !

Plusieurs réfugiées ont partagé que l’accueil par l’équipe était si attentif, si constant qu’elles se sentaient « en sécurité et comme en famille » et qu’elles regrettaient de ne pas parvenir à le dire davantage.

A un moment, une femme s’est adressée à une des religieuses en lui disant qu’avec elle, elle se sentait comme avec sa grand-mère. Et que les jours où la religieuse n’était pas là, tout était différent pour elle.

La religieuse, les yeux mouillés, est sortie de sa réserve pour dire ces quelques mots qui m’ont bouleversée : « Je suis touchée que vous me disiez ça, a-t-elle murmuré à la jeune réfugiée, je ne savais pas : je me sens si vieille… Je croyais que je ne servais plus à grand-chose ! »

D’autres femmes, en citant précisément ce que les membres de l’équipe faisaient concrètement pour elles, ont témoigné qu’elles étaient « soulagées, apaisées » parce qu’elles étaient considérées comme des êtres humains et qu’elles voyaient qu’elles comptaient aux yeux du personnel du centre et des bénévoles.

Certaines ont dit que sans un tel accueil elles n’auraient pas survécu…
D’autres encore se sont émerveillées du soutien reçu pour l’avancée de leur dossier d’intégration en Belgique.

Une Albanaise a même remercié et puis elle a exigé fermement de pouvoir demander pardon à l’équipe, parce qu’elle se sentait si mal depuis son arrivée qu’elle se repliait et ne communiquait plus qu’à minima, en se renfermant ou en étant maussade, tant elle était perdue et au bout du bout. Elle a dit qu’elle était bien triste de ne plus parvenir à sourire et l’a dit avec beaucoup d’amour, de larmes et d’émotions : que de beautés, puissantes à faire fondre n’importe quel mur glacé !

Toutes ces femmes étaient incertaines, gauches, émues… mais resplendissantes, rien que de parler depuis leur cœur, en exprimant leur vécu et les besoins satisfaits, grâce aux personnes et aux bénévoles du centre. Et cela fut dit, simplement, en dépit des difficultés de la langue étrangère.

Il faut ajouter qu’on m’avait annoncé que les réfugiées allaient probablement se taire parce qu’elles sont timides, malhabiles avec le français et que montrer ses émotions ne fait pas partie de leur culture, (alors à fortiori les décrire…), et aussi qu’elles allaient partir après une heure parce qu’elles ne « tenaient » pas plus leur concentration et leur attention, lors des ateliers de cuisine ou autre.

Visiblement, la CNV dénoue les langues et libère la chaleur des cœurs : ces femmes déracinées, sans mari ni famille, à l’exception de leurs enfants, ayant tout perdu ou presque, et ne sachant pas encore si elles seront acceptées ou pas dans leur demande d’asile en Belgique, ont exprimé avec noblesse et plein de courage leur reconnaissance.

Pas de faux semblants : seulement la pureté du cœur.

L’atelier a duré + de 2h30 et personne ne quittait la pièce. Je n’ai pas vu l’heure passer.

J’ai exhibé les dessins (en grand format) issus des petits cahiers que j’ai écrits chez mon éditeur (Jouvence) et c’était très parlant parce que tout à fait accessible à chaque nationalité, bien sûr !!!

Quelques enfants, blancs et noirs, allongés par terre, dessinaient au centre des 25 personnes assises en cercle.

Ces enfants étaient si calmes que je m’interrogeais sur ce qu’ils guettaient ou captaient des émotions de leurs mamans ; je les sentais légers et comme « intégrant en eux » la beauté des ressentis qui s’exprimaient. On aurait dit qu’ils avaient des myriades d’antennes dans le dos et que celles-ci captaient les bonnes ondes transmises. Je m’imaginais, sans avoir la réponse, que peut-être ils devaient être heureux de voir leurs mamans se considérer, s’exprimer, s’écouter et se parler avec bienveillance, au-delà des différences de culture, de religion etc. En effet, par exemple, souvent, les blancs ne côtoient pas les noirs etc. et des mamans imposent de temps à autre à leurs enfants de ne pas en côtoyer certains, en fonction de critères religieux, culturels, ethniques etc.

Mais j’avais introduit l’atelier en commençant par dire qu’il est grand temps, si on veut vivre en paix sur cette planète, et même continuer à simplement y vivre, de se rejoindre tous, au delà de nos différences, dans un espace commun, une immense famille planétaire, un lieu qui nous rassemble, parce qu’il est commun à tous les humains : celui des besoins, rêves, aspirations, valeurs …

Ce lieu nous rassemble parce qu’on a tous les mêmes besoins, que l’on soit Esquimau, Indien, Français, Russe, Musulman, Juif, Espagnol : on a tous besoin de sécurité, d’amour, de manger, boire, dormir, être reconnu, aimé, de contribuer à la beauté du monde, de donner un sens à sa vie etc.

Le lieu des besoins nous rassemble dans le même espace profondément humain.

Dessin à l’appui (une coupe transversale de la planète avec, à sa surface, plein d’humains aux multiples apparences et lieux de vie, et, en son centre, la nappe phréatique comme métaphore de nos besoins communs), ça a eu un impact évident sur l’ambiance de la salle… On ne se voyait plus comme musulman ou pas, comme « cochon noir » ou « cochon blanc » etc. mais comme des êtres humains, quelque peu frères et sœurs parce qu’habités des mêmes aspirations.

A la fin, une des petites filles (la petite fille de l’Albanaise qui, très sincère, avait exigé de demander pardon) est venue m’offrir un dessin avec un joli cœur, haut en couleurs, contenant des personnes souriantes se regardant en confiance.

Ce cœur était pétillant à souhait. Je l’ai reçu profondément dans le mien !

Le lendemain, alors que j’échangeais avec une des responsables du centre et lui exprimais que je pressentais que les enfants avaient « bu » ce qui se passait et se guérissaient par l’énergie d’amour entre les adultes et que je lui demandais si elle avait perçu la même chose, elle m’a appris que cette petite fille, depuis son arrivée, ne dessinait que des cœurs brisés et gris, mais jamais de cœurs en entier et colorés.

En me racontant ça, la responsable me confiait qu’elle était encore remuée aujourd’hui.

Marshall Rosenberg disait que : Si on était en lien avec la Vie, on passerait 24h à rire et à pleurer.

Hier, dans ce centre, dans ces femmes, j’ai vu beaucoup de Vie, au sein-même de la détresse.

Quelle leçon, quel exemple. Merci à ces femmes !!!

La vie est si puissante qu’elle trouve toujours le moyen de se remanifester, si on lui en donne l’occasion.

Je chérirai précieusement le dessin de cette petite Albanaise, comme témoin de la puissance de la CNV quand elle est vécue à plein cœur. »  Anne van Stappen

 

Bons plans cadeaux de fin d’année :

 

Voici quelques suggestions de cadeaux à offrir, à vous offrir ou vous faire offrir (outre l’invitation de Marshall Rosenberg à « pratiquer, pratiquer, pratiquer », il y a aussi « Demander-demander-demander. » !) :

Et pourquoi pas :

  • S’offrir – offrir un stage de CNV que ce soit pour la découvrir ou en approfondir l’une ou l’autre facette : http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/agenda-des-formations/  ?
  • offrir un livre de … CNV à un enfant : http://cnvbelgique.be/category/supports-cnv/livres-enfants/ ou à un adulte, avec pour lui des thèmes variés comme : la communication nonviolente au sein du couple, en entreprise, pour sa transformation personnelle ou le changement social, dans son rôle de parent ou d’enseignant ; il y a aussi des romans et des versions illustrées de certains ouvrages : http://cnvbelgique.be/category/supports-cnv/livres-adultes/
  • Dans les parutions récentes, il y a :
  • Il y a aussi un livre proposé par le cercle général Afrique CNV et écrit par la formatrice certifiée Marie-Louise Sibazuri, ne traitant pas de CNV mais imprégné d’humanité et de dignité dédié aux femmes violées et veuves rescapées de la guerre fratricide qui a secoué le Burundi, les bénéfice de ce livre étant entièrement reversés en leur faveur : http://cnvbelgique.be/les-seins-nus/
  • Enfin, si votre bibliothèque et/ou celle de vos amis déborde et/ou si vous êtes partisan d’une sobriété matérielle heureuse, faites ou demandez à vos proches de faire un don à notre association qui fonctionne sans subsides et avec uniquement des bénévoles pour nous permettre de mener à bien diverses actions (comme la présence au salon de l’éducation, l’organisation d’événements, la maintenance du site,…), don à effectuer sur le compte Fortis BE62 0016 1302 8861 de l’ACNV-BF asbl avec comme communication : « Action Nouvel An 2018 : don au nom de … »

 

Appel aux transmetteurs :

 

 

Les personnes sensibilisées à la Communication NonViolente, désirant transmettre le message de Marshall Rosenberg d’une façon intègre et fidèle et soucieuses de pratiquer les processus et de vivre elles-mêmes suivant les valeurs de la CNV s’appellent des transmetteurs.

Girafeco (pour Groupe Interactif de Recherche pour Améliorer la diffusion du processus, à l’attention des Formateurs En Cnv) est un groupe composé de personnes souhaitant partager la CNV, qu’elles soient certifiées (pour les étapes qui mènent à la certification, voir : http://www.cnv-certification.com/ ), en chemin vers la certification ou bien juste désireuses d’être transmetteurs.

Ces personnes se réunissent pour nourrir des besoins de connexion, d’échange, de soutien mutuel, d’entraide (exemple : partage de pratiques et de matériel), d’appartenance à une communauté qui partage et tente d’incarner certaines valeurs de Vie en lien avec l’esprit de la CNV. Pour en savoir plus voir : http://cnvbelgique.be/qui-sommes-nous/presentation-des-cercles/

Depuis de nombreuses années, le groupe se retrouve un samedi par mois à Liège.

Il est actuellement constitué essentiellement de transmetteurs.

Ces derniers mois, plusieurs réunions ont été annulées faute d’un nombre suffisant de participants et les organisateurs qui voient tout le sens de ce groupe s’interrogent.

Ce groupe est-il suffisamment connu ?

Une autre forme de réunion, de nouveaux horaires, d’autres lieux sont-ils à mettre en place ?

Quelle structure (physique ou informatique) l’ACNV-BF pourrait-elle contribuer à initier pour favoriser les liens, le soutien mutuel, la formation continuée, dynamiser, encourager les échanges, les émulations pour l’élaboration de projets de diffusion de la CNV ?

Si vous êtes tenté par l’aventure de rejoindre Girafeco, si vous en êtes membre actif ou non, si vous avez un avis sur nos questionnements, envoyez-nous vos feed-back et suggestions. Une rencontre sera aussi organisée pour échanger sur ces questions début 2018. Dites-nous si vous êtes tenté(e) d’en être. Contactez-nous au secretariat@cnvbelgique.be.

 

Changement social

 

Dans «  La Paix ça s’apprend ! » livre co-écrit par Thomas d’Ansembourg avec David Van Reybrouck (chez Actes Sud) http://cnvbelgique.be/paix-ca-sapprend/  Thomas d’Ansembourg écrit : « la CNV se révèle à la fois un langage universel et un art de vivre. Elle permet d’atteindre un nouvel espace relationnel, où les besoins de chacun peuvent être satisfaits. Elle invente un échange où la coopération remplace la relation dominant/dominé et bouleverse en cela les modes habituels de communication. »

Pratiquer la CNV, c’est révolutionner les rapports humains que ce soit au niveau intime de la relation avec soi-même, son conjoint, ses parents, ses enfants ou au niveau sociétal dans les écoles ou les entreprises. Tel le colibri, chacun d’entre nous qui a foi en cette démarche peut apporter sa goutte pour contribuer à éteindre l’incendie qui enflamme notre société : en se pacifiant soi-même d’abord, en apprenant ensuite à écouter l’autre dans ses besoins insatisfaits qui, non pris en compte se révèlent générateurs de violences.

La Communication NonViolente s’apprend comme les maths ou le foot !

Des projets se mettent progressivement en place dans les écoles, les entreprises.

Un exemple en est la petite école de Gentinnes, où tous les acteurs de cette école de village (enfants, enseignants, personnel de l’extrascolaire), sont impliqués dans un projet de gestion pacifique des différends. Ils apprennent la communication non violente avec l’ASBL Antarès. La video  http://www.canalzoom.com/la-petite-ecole-de-gentinnes-se-mobilise-pour-un-meilleur-vivre-ensemble/  atteste d’un meilleur vivre-ensemble dans cette école à l’aide de la CNV.

Le programme « Prêt pour la Vie » http://cnvbelgique.be/supports-cnv/human-matters/ propose une démarche pédagogique structurée pour les jeunes de 11 à 18 ans. De leçon en leçon, les élèves apprennent à communiquer de manière respectueuse d’eux-mêmes et des autres dans la conscience des sentiments et des besoins.

Les gouttes alimentent les ruisseaux ; les ruisseaux font les grandes rivières. Les réseaux sociaux aujourd’hui, tels de grandes rivières charrient les idées et les informations pacifiantes ou haineuses. Votre goutte peut être de partager les messages qui vous parlent, qui parlent de vie plutôt que de mort, qui parlent de paix plutôt que de guerre, qui présentent des solutions plutôt que des problèmes. Voyez notre site www.cnvbelgique.be et notre page Facebook : https://www.facebook.com/acnvbf/ et transférez, diffusez nos parutions !

Il y a tant à développer que ce soit dans les media, les réseaux sociaux (groupes sur internet), dans la « vraie » vie pour développer des projets, créer des lieux de parole (cafés CNV- événements ponctuels – …), …

Votre engagement, vos témoignages, vos suggestions sont précieux pour faire connaître la démarche CNV.  N’hésitez pas à contacter le  secretariat@cnvbelgique.be de l’association dont la mission est de promouvoir en Belgique francophone la Communication NonViolente® initiée et développée par Marshall Rosenberg.

 

Pour rester informé(e)

 

Consultez l’agenda des formations sur :
http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/agenda-des-formations/

Recherchez un groupe de pratique proche de chez vous sur :

http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/

Suivez les actualités du réseau CNV belge via notre page Facebook :
https://www.facebook.com/acnvbf/

 

Avec gratitude pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Jacqueline et Régine

Newsletter de Septembre 2017

Au menu :

  • Editorial : news de l’association – la roue tourne et poursuit son chemin
  • Le Salon Education : un rendez-vous avec les acteurs de l’enseignement
  • La Paix, ça s’apprend : l’après-conférence de Thomas d’Ansembourg
  • L’approche de neurosciences et l’apport de la pratique de la Communication NonViolente
  • Lectures de rentrée
  • Cotisation annuelle
  • Pour rester informé(e)

 

Editorial : News de l’association – La roue tourne et poursuit son chemin

La vie de l’association évolue, se transforme, des fonctions passent de main, pour alléger ceux qui se sont investis avec enthousiasme, et permettre à d’autres de prendre le relais, dans cet élan de faire connaître, comprendre, intégrer, et développer en Belgique francophone ce processus magnifique reçu de Marshal Rosenberg, la Communication NonViolente.

Les personnes que vous verrez ci-dessous ont donc pris le relais, et nous désirons remercier chaleureusement ceux qui avant nous ont animé l’association tant au niveau administratif et légal indispensable pour toute ASBL, qu’à celui de sa vie et de son développement.

Nous remercions tout particulièrement Guy De Beusscher pour la manière ferme et engagée avec laquelle il a, en tant que Président, tenu la barre, pour la manière conviviale dont il a tenu les réunions, pour son écoute particulière, et pour son idéal de maintenir et de développer l’association à un niveau de réel professionnalisme pour et avec les Formateurs Certifiés.  Nous remercions Michel de Wasseige pour son attention à la comptabilité. Il est précieux, surtout pour ceux qui n’y connaissent pas grand chose, de pouvoir se reposer sur quelqu’un de fiable et de compétent. Thierry Dewandre, après avoir été vérificateur aux comptes a pris le relais depuis décembre 2016, merci aussi à lui et merci pour la poursuite de son action dans le nouveau CA. Merci à Jacqueline De Picker qui depuis 6 ans maintenant donne une réelle part de son temps pour d’abord la trésorerie puis le secrétariat d’une part et pour le développement du site internet de l’association d’autre part. Si Jacqueline ne fait plus partie du nouveau CA, à sa demande bien sûr, c’est pour mieux se consacrer à la facette “media” de l’association, élément actuellement incontournable et essentiel.  Merci aussi à Dominique Gilkinet présente depuis le début de l’aventure de cette asbl qui tout en ne faisant plus partie du CA a oeuvré à la gestion des mails, des activités, des contacts avec chacun, et j’en passe.

Le nouveau CA a pris le relais, dans la conscience de constituer un maillon après ceux qui l’y ont précédé, et avant ceux qui lui succèderont. Mais dans cette humilité, nous désirons constituer un maillon solide et actif, et dans cet esprit, nous sommes ouverts à toutes les propositions et idées que vous nous enverrez et qui s’ajouteront aux nôtres.

En cette période de rentrée, nous vous proposons une sélection d’informations et réflexions relatives à l’apprentissage de la CNV.

Dans la joie d’une communication pacificatrice et vivante,

Le nouveau Conseil d’Administration :

Régine Boone, présidente

Thierry Dewandre, vice-président et trésorier

Isabelle Toussaint, secrétaire

 

Le Salon Education, un rendez-vous avec les acteurs de l’enseignement

Depuis plusieurs années nous avons à cœur de présenter la démarche de la Communication NonViolente aux professionnels de l’enseignement.  Que ce soit par la promotion du matériel pédagogique « Prêt pour la Vie », des formations en école via les organismes de formation, ou la rencontre avec des enseignants.

Comme les années précédentes, l’ACNV-BF asbl sera présente au Salon Education à Charleroi du 18 au 22 octobre.  Une occasion pour rencontrer enseignants, éducateurs, directeurs d’école, parents, étudiants, et de les sensibiliser à la pratique de la CNV.  Une nouveauté cette année : le cahier d’exercices « Prêt pour la Vie », pour initier les jeunes de 14 à 18 ans à la pratique de la CNV.

Vous pourrez nous rendre visite au hall n° 2. Le numéro du stand sera précisé sur notre Page Facebook.

Nous recherchons du soutien pour assurer les permanences lors de ce salon.

Participer à la tenue d’un stand lors d’un salon, c’est aussi rencontrer d’autres membres du réseau CNV.  Vous avez quelques heures à partager ?   Pour annoncer votre présence, vous pouvez prendre contact avec notre secrétariat, secretariat@cnvbelgique.be 0478 676 100.

 

La Paix, ça s’apprend : l’après-conférence de Thomas d’Ansembourg :

Vous êtes déjà nombreux à avoir visionné la video de la conférence donnée par Thomas d’Ansembourg le 19 avril dernier au profit de notre association sur « La Paix, ça s’apprend, comme les maths ou le foot ». Au passage nous aimerions encore le remercier chaleureusement. Pour ceux qui voudraient la voir, la revoir ou partager l’info :  https://www.youtube.com/watch?v=7WI1joJ3SlY

Pour que ce message trouve un public encore plus large, nous aimerions la diffuser sous-titrée en anglais. Le texte français a déjà été transcrit et traduit dans l’anglais approximatif de Google. Si vous êtes prêt(e) à corriger ce texte pour en faire un texte lisible par les anglophones, nous serions heureux que vous contactiez le secrétariat :   secretariat@cnvbelgique.be

 

L’approche de neurosciences et l’apport de la pratique de la Communication NonViolente :

 

Vous avez probablement déjà entendu parler de cette glande présente dans notre cerveau nommée l’amygdale, qui en situation de grand stress ou d’émotions intenses comme la panique ou la colère, va être en état de vigilance maximale, en train de répondre à la question « Est-ce que je suis en sécurité ?  Est-ce que je compte ? ».  L’amygdale a pour objectif de protéger la vie.  Quand une information du danger arrive au cerveau, le cerveau ne fait pas la distinction entre le danger imaginaire et le danger réel.  Et un de ces trois comportements réflexes peut se déclencher : soit prendre la fuite, soit attaquer, soit rester paralysé.  Et nous pouvons expérimenter que le simple fait de nommer nos émotions, comme nous invite à le faire la démarche de la CNV, va contribuer à calmer ces comportements réflexes.

Peut-être connaissez-vous aussi les spécificités du cerveau gauche et du cerveau droit ?  Le cerveau gauche fonctionne de manière linéaire et méthodique, il analyse, il calcule il se situe dans le passé ou dans le futur.  Il pense en « je ».  Le cerveau droit est plutôt global, kinesthésique, c’est-à-dire lié au corps et aux émotions, il se positionne ici et maintenant, il pense en « nous ».  C’est le cerveau relationnel.  Le simple fait de nommer nos sentiments et nos besoins contribue à développer notre cerveau droit et cela augmente notre capacité à rester en lien en situation de difficulté.

Cela est important par ce que nous avons autant besoin de chaleur humaine, de lien, de proximité que nous avons besoin de boire et de manger.  Il en va de notre santé psychique.  Une personne privée de relations, ou qui vit des relations toxiques de manière répétée, peut être gravement atteinte dans sa santé.

Marshall Rosenberg avait coutume de dire que chaque fois que l’être humain ouvre la bouche, il dit 2 choses « S’il te plaît » ou « merci ».  Dire merci et reconnaître les bons côtés de la vie, sont un des moyens qui nous aide à développer notre cerveau droit. En se rappelant que l’expression de la gratitude est un engrais naturel, puissant et à portée de main pour nourrir et entretenir nos relations.

La Communication NonViolente nous invite à accorder de l’importance à la personne que nous sommes, aux êtres qui nous sont chers, à agir à partir du cœur pour collaborer en paix sur notre planète.  Pratiquer cette démarche nous permet de sortir des réactions automatiques induites par le fonctionnement de notre cerveau, pour mettre en œuvre dans notre vie des actions et des manières d’être en cohérence avec les valeurs que nous désirons développer, que nous désirons vivre au quotidien.

Texte écrit par Dominique Gilkinet, formatrice certifiée belge, inspiré de la vidéo de Jalila Susini-Henchiri, formatrice suisse : https://www.youtube.com/watch?v=_tDb-V__U74)

 

Lectures de rentrée :

Pour les amateurs de lecture, voici divers ouvrages de Communication NonViolente sortis récemment :

Avec la rentrée scolaire, l’attention se porte sur les enfants et les jeunes.

Le « Petit cahier d’exercices de Communication NonViolente avec les enfants » du Dr Anne Van Stappen, formatrice en CNV et de Catherine Blondiau, enseignante en yoga aux Editions Jouvence propose des jeux et exercices pour développer bienveillance et empathie dans nos relations avec les jeunes, afin de stimuler une harmonie relationnelle bénéfique pour tous ainsi qu’un développement optimal de l’enfant sur les plans affectif et émotionnel.

http://cnvbelgique.be/petit-cahier-dexercices-de-cnv-avec-les-enfants/

« Pratiquer la Concertation restaurative en groupe avec des jeunes » de Joëlle Timmermans-Delwart et Jeannine Blomart édité par Chronique Sociale rapporte le vécu et l’expérience d’un projet-pilote mené par l’asbl Le Souffle à l’Institut Charles Gheude à Bruxelles auquel participe le formateur en CNV Jean-Baptiste Ndikuriyo qui y est enseignant, dont la méthodologie est issue du mouvement de la Justice restaurative. http://cnvbelgique.be/pratiquer-concertation-restaurative-groupe-jeunes/

Pour accompagner notre apprentissage de la CNV durant toute l’année, Sophie Grosjean a, elle, fait éditer à compte d’auteur un coffret de 4 cahiers illustrés par Célia Portail intitulé « La Communication NonViolente au fil des saisons ». 4 cahiers pour 4 saisons et 4 métaphores. 12 thématiques avec des exercices d’approfondissement de la CNV à pratiquer au quotidien. Entre cahier d’exercices et journal intime, cet ouvrage est un objet précieux, empreint d’harmonie et de finesse, des pages vierges permettent de s’exercer librement et sans surcharge visuelle. Voir : http://cnvbelgique.be/communication-nonviolente-cours-saisons/

Le nouvel ouvrage de Françoise Keller, formatrice française, « Découvrir la Communication Nonviolente » sorti chez InterEditions décrit le processus de la Communication NonViolente avec subtilité et profondeur en y associant des témoignages et l’histoire du développement de la CNV via son créateur Marshall Rosenberg. http://cnvbelgique.be/decouvrir-communication-nonviolente/

Enfin, pour ceux qui aiment les contes et les voyages en cette fin d’été, le livre « Sept graines de lumière dans le cœur des guerriers » de Pierre Pellissier aux Editions Eyrolles raconte l’histoire de 2 royaumes en guerre et du voyage initiatique d’un prince dont le Graal sera la réconciliation des 2 pays par l’art de la résolution non violente de conflits. http://cnvbelgique.be/sept-graines-de-lumiere-coeur-guerriers/

 

Cotisation annuelle :

Un grand merci à tous ceux qui, par leur cotisation, soutiennent les actions menées par l’ACNV-BF (maintenance du site internet, participation à différents salons, promotion de la CNV, permanence pour répondre aux différentes questions, organisation d’événements, …).

Vous n’avez pas encore pris le temps de verser votre participation en 2017 ?

Il n’est pas trop tard : 60€ à verser sur le compte Fortis BE62 0016 1302 8861 de l’ACNV-BF asbl avec comme communication : cotisation 2017.

Vous pouvez, si vous préférez, opter pour un ordre permanent mensuel de 5€.

 

Pour rester informé(e) :

Consultez l’agenda des formations sur :
http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/agenda-des-formations/

Recherchez un groupe de pratique proche de chez vous sur :

http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/

Suivez les actualités du réseau CNV belge via notre page Facebook :
https://www.facebook.com/acnvbf/

 

Avec gratitude, pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Régine, Dominique, Jacqueline

 

 

 

 

 

Newsletter de printemps 2017

Au menu :

* Conférence animée par Thomas d’Ansembourg
* Participer à l’émergence de la Communication NonViolente
* L’Assemblée Générale Annuelle
* Cotisations 2017

Invitation à la conférence animée par Thomas d’Ansembourg le mercredi 19 avril, de 20 :00 à 22 :30 à Louvain-la-Neuve : « La Paix ça s’apprend comme les maths ou le foot »

Nous sommes plusieurs dans le monde, en Europe, en Belgique à croire qu’il est possible de sortir de la violence, que vivre dans un climat de sécurité et avec sérénité peut s’apprendre, se construire, que la paix est possible.

L’Association pour la Communication NonViolente de Belgique Francophone porte ce message d’un monde de paix et participe par  ses actions à son déploiement.

Marshall Rosenberg, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 à New York,  a écrit :

« Après les attaques sur les tours du World Trade Center à New-York et sur le Pentagone, des millions de gens sur terre ressentent à la fois une douleur et un chagrin profonds. Ils sont outrés, effrayés, impuissants et extrêmement vulnérables. Beaucoup éprouvent un intense besoin de se sentir à nouveau en sécurité. Ils aspirent à un monde dans lequel vivre en paix. D’autres ont un immense désir de prendre leur revanche. Ils rêvent de vengeance et de châtiment.
Les Etats-Unis ont estimé qu’il fallait agir, et d’autres pays ont fait le choix de se rallier à eux. Certaines personnes veulent que le but de ces actions soit la paix et la sécurité. D’autres tiennent à ce que ces actions se focalisent sur des représailles et des punitions. Ceci représente un réel problème : si nos dirigeants fondent leurs actions sur la revanche et la punition, je pense qu’ils ne pourront atteindre leur objectif d’un monde dans lequel sécurité et paix régneront durablement.
Pourquoi est-ce que j’affirme cela ?
Ces 35 dernières années, mes collègues et moi-même avons travaillé à travers le monde pour aider à résoudre des conflits entre gangs, groupes ethniques, tribus et régions en guerre. Nous avons constaté maintes fois que, d’une part, les actions motivées par le désir de punir engendrent des mesures de représailles de la part de ceux que l’on punit et, d’autre part, que des actes motivés par un désir de paix engendrent des actes de paix. Dans les deux cas, ces actes sont à l’origine de cycles pouvant durer des années, des générations, des siècles. » …. (1)

Après l’attaque du Bataclan, Thomas d’Ansembourg a écrit :

« Si tu veux la paix, prépare-la.
Nous sommes puissants, bien au-delà de ce que nous croyons savoir de nous.
Par habitude, nous sommes beaucoup plus habiles à préparer la guerre que la paix. C’est un vieux logiciel, pavlovien. Et forcément c’est la guerre que nous obtenons.
Pour cela, nous avons un ministre et un ministère, une administration et une armée de personnel avec ses corps d’élite, des grands moyens de recrutement, d’entrainement, de communication et de couverture médiatique, d’espionnage et même de recherche, et bien sur une légitimité historique (« on l’a toujours fait… »).
La guerre, oui, nous savons y faire.
Et la paix, c’est quand, où et comment qu’on apprend à « savoir y faire » ? Où est le ministre, le ministère et le personnel en charge de l’organisation de programmes et formations, du soutien logistique et de la couverture médiatique, où est le budget, le recrutement, le soutien à la recherche et aux échanges internationaux ? Et surtout, qui accepte en haut lieu de légitimer l’éducation – tant scolaire que permanente – à la paix ?
La paix, cela s’apprend, comme les math, le foot, les langues et la conduite d’une voiture.
La paix ne tombe pas du ciel, sauf chez les bisounours. La paix s’apprend, se travaille, s’organise et se structure avec au moins autant d’attention, de rigueur, de détermination et d’engagement que la guerre. Elle requiert une discipline de savoir être, qui permet le savoir être ensemble.
Toute maîtrise d’une discipline suppose des apprentissages, donc du temps et la volonté d’y parvenir.
Nous disposons d’armes d’outils de construction massive, aussi performants qu’ignorés du grand public. » …(1)

(1) Vous trouverez la version complète de ces textes sur notre site, via l’onglet : http://cnvbelgique.be/a-propos/textes-inspirants/

Thomas d’Ansembourg, en co-écriture avec  David Van Reybrouck, reprend ce thème dans le livre « La paix ça s’apprend ! »

C’est aussi l’intitulé choisi pour la conférence qu’il animera le 19 avril de 20:00 à 22:30 à Louvain-la-Neuve. « La paix ça s’apprend comme les maths ou le foot ! Comment développer notre intériorité citoyenne pour mettre le meilleur de soi au service de tous et réenchanter le monde »

Comme Marshall Rosenberg, Thomas d’Ansembourg et beaucoup d’entre nous, croyez-vous que des changements dans le vivre ensemble sont possibles, que la paix se construit ? Ou bien en doutez-vous  ?

Nous vous invitons à assister à cette conférence, à diffuser cette information autour de vous.

Organisation pratique :

Le mercredi 19 avril de 20 :00 à 22 :30, accueil dès 19 :00
Auditoire Socrate, Place cardinal Mercier, 10
Louvain-la-Neuve
Entrée : 10€, 8€ en prévente jusqu’au 12 avril,
participation libre pour les étudiants et les demandeurs d’emploi.
Inscription demandée et prévente via le site de la MDD : https://new.maisondd.be/formulaires/interiorite-citoyenne

Renseignements : secretariat@cnvbelgique.be 0478 676 100

Pour diffuser l’invitation :

Vous pouvez
* partager cette newsletter ou
* l’information sur le site de l’ACNV-BF www.cnvbelgique.be avec la possibilité de télécharger l’affiche et le flyer de la conférence.
* partager  notre page Facebook : http://www.facebook.com/acnvbf?ref=hl

Participer à l’émergence de la Communication NonViolente en Belgique Francophone.

La créativité est votre domaine ! Ou vous Coordonnez avec aisance le travail d’équipe ! Ou bien vous avez des connaissances en informatique, en gestion des réseaux sociaux ! Ou encore vous avez des compétences dans la gestion des ressources financières !

Et participer à la construction d’un monde de paix avec la pratique de la Communication NonViolente, vous motive ?  Vous pouvez rejoindre la « couveuse » : un groupe de personnes qui réfléchissent, projettent, posent les bases de l’avenir de l’ACNV-BF et de ses missions.

Vous avez des idées, propositions, vous êtes d’accord de partager votre temps, vos disponibilités pour construire la paix avec différents acteurs, vous pouvez prendre contact avec le secrétariat : secretariat@cnvbelgique.be,

ou avec la coordinatrice de la couveuse : Régine Boone : blue.sky@scarlet.be

L’Assemblée Générale annuelle :

L’Assemblée générale annuelle se déroulera au mois de juin.  La date précise sera fixée prochainement.

Si vous souhaitez y participer, être avec nous acteur du développement des missions de l’asbl, vous pouvez prendre contact avec le secrétariat : secretariat@cnvbelgique.be.

Cotisation annuelle :

Une grand merci à tous ceux qui, par leur cotisation, soutiennent les actions menées par l’ACNV-BF (organisation de la conférence de Thomas d’Ansembourg, maintenance du site internet, participation à différents salons, promotion de la CNV, permanence pour répondre aux différentes questions, ….).

Vous n’avez pas encore pris le temps de verser votre participation en 2017 ?

Il n’est pas trop tard.

60€ à verser sur le compte Fortis BE62 0016 1302 8861 de l’ACNV-BF asbl
Avec en communication : cotisation 2017.
Vous pouvez, si vous préférez, opter pour un ordre permanent mensuel de 5€.

Avec gratitude, pour la part de chacun dans la construction d’un monde « ré enchanté ».

 

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,

Dominique G. et Jacqueline De Picker, bénévoles.

Newsletter de janvier 2017

Au menu :

* Editorial, vœux pour 2017
* Du nouveau au sein de l’ACNV-BF
* Appel à cotisations
* Conférence animée par Thomas d’Ansembourg
* Pour rester informé

Editorial :

2017 nous ouvre ses portes.
Une année nouvelle, c’est l’occasion de célébrer les moments clés de l’an passé, que ce soit dans nos relations familiales, notre activité professionnelle, nos engagements sportifs, associatifs ou autres… Prendre le temps de regarder en arrière, faire défiler les saisons et se rappeler les moments marquants de 2016.
C’est aussi le moment choisi pour poser nos intentions pour l’année en devenir. Quelles sont mes rêves, projets, priorités ? Que serait pour moi une « belle et heureuse année 2017 » ?
Les membres du conseil d’administration, les bénévoles, les membres de « la couveuse » vous souhaitent une année riche en découvertes, partages, à l‘écoute de la vie en vous.

Du nouveau à l’ACNV-BF :

Le 9 décembre 2016 s’est tenue la deuxième Assemblée extraordinaire de l’année. Ce moment de rencontre, de réflexion en intelligence collective a posé des choix pour la continuité de l’ASBL.
Un CA composé de Guy De Beusscher, président, Jacqueline De Picker, secrétaire et Thierry Dewandre trésorier mènera l’asbl jusqu’à l’AG annuelle du printemps prochain.
« La couveuse » réunit en son sein un groupe de personnes qui ont pour mission de rêver, projeter, penser l’avenir de l’asbl. Elle est à ce jour composée de Cathérine Schollaert, Anne Bruneau, Régine Boone, Caroline Cao. Vous désirez rejoindre cette équipe pour poser les jalons l’avenir de l’ACNV-BF?
Prenez contact avec le secrétariat par mail secretariat@cnvbelgique.be ou par téléphone 0478 676 100

L’équipe des bénévoles se renforce de nouveaux arrivants.
Vous désirez offrir vos compétences, soutenir la diffusion de la Communication NonViolente en Belgique Francophone, et ainsi participer à l’émergence d’un autre monde ? Prenez contact avec nous : jdepicker53@gmail.com ou secretariat@cnvbelgique.be, par tél. au 0495 90 60 77 ou via notre formulaire à compléter :
http://cnvbelgique.be/wp-content/uploads/2016/09/FormulaireBénévoles.pdf

Etre acteur de changement fait sens pour vous ? Vous aimeriez participer à la construction d’un monde où la paix, la compréhension et le respect mutuels règneraient et vous n’êtes pas disponible pour l’instant !? Vous pouvez soutenir la mission de l’ACNV-BF en versant un don, une cotisation.

Cotisation 2017 :

Envie de contribuer à l’émergence d’un monde de paix ?
La Communication NonViolente nous ouvre les portes vers un monde où règnent davantage de paix et de bienveillance. Jusqu’ici, la démarche de communication que Marshall Rosenberg nous propose de vivre est assez peu présente en Belgique dans notre société, nos familles, nos écoles.

La mission de l’asbl ACNV-BF est de diffuser d’avantage la Communication NonViolente en Belgique francophone.

Le but ?
Participer à l’émergence du monde dans lequel nous aimerions vivre et que nous souhaitons laisser aux générations futures.
On est plus fort à plusieurs !
Prendre une part active dans le réseau, c’est construire le monde de demain, c’est rejoindre un groupe de personnes qui contribuent à faire de ce rêve une réalité.

Comment participer?

L’asbl ne vit que grâce aux dons, aux cotisations et au bénévolat, elle ne reçoit pour l’instant aucun subside.

Une façon de contribuer : Verser une cotisation à l’asbl.

Concrètement : 60 euros par an, soit 5 euros par mois, environ 0,10€ par jour !

A quoi servira ce montant ?

Par votre cotisation, vous permettez à l’asbl de mieux faire connaître la Communication NonViolente au grand public, grâce à la participation à des salons, l’édition et la distribution de dépliants d’information, l’organisation d’une conférence (en 2017, c’est Thomas d’Ansembourg qui l’animera), le développement du site internet, …

La cotisation soutient aussi la diffusion de la CNV dans le monde de l’éducation, grâce à des séances de formation ou d’information destinées aux enseignants.

Au quotidien, l’asbl sert de point de contact pour la CNV en Belgique, aussi bien aux personnes qu’aux entreprises, institutions et associations. Le site internet et l’utilisation du téléphone occasionnent naturellement des frais. Avec l’agenda des formations, les coordonnées des formateurs et des groupes de pratique, les informations du réseau international, des initiatives portées par l’asbl, le site internet est une vitrine précieuse pour vous informer en continu.

Si vous souhaitez connaître en détail les activités menées par l’asbl, vous pouvez consulter, sur le site internet, les rapports d’activité des années écoulées : http://cnvbelgique.be/decouvrez-lagenda-de-nos-activites/activites/les-annees-precedentes/

Pour soutenir les activités de l’asbl financièrement, vous pouvez également faire un don sur le compte Fortis BE62 0016 1302 8861 avec en communication « don »

Conférence :

Réservez la date dès à présent dans votre agenda et partagez l’information autour de vous !

Mercredi 19 avril, à Louvain-la-Neuve, animée par Thomas d’Ansembourg, une conférence organisée en coopération avec la Maison du développement durable d’Ottignies – Louvain-la-Neuve :

« Du je au nous, l’intériorité citoyenne : construire la paix ça s’apprend ! »

Prix d’entrée :
Prévente : 8€
Sur Place : 10€
Demandeurs d’emploi et étudiants (sur présentation de leur carte d’étudiant) : 3€

Nouvelle organisation du secrétariat :

Suite à la restructuration pour raisons économiques, l’asbl fonctionne à présent avec du temps de travail bénévole. Le secrétariat est ouvert 4 à 6 heures par semaine. Vous cherchez une information, vous désirez poser une question ? Vous pouvez rédiger un mail au secretariat@cnvbelgique.be ou laisser un message vocal au 0478 676 100. Dominique vous recontactera dès que possible.

Que 2017 soit porteur d’espoirs pour vous et vos proches !

A la rédaction pour l’ACNV-BF asbl,
Dominique G. et Caroline Cao, bénévoles.

 

Pour rester informé :

Retrouvez l’agenda des formations sur
http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/agenda-des-formations/

Suivez nos informations via Facebook
https://www.facebook.com/acnvbf/

Pour soutenir la diffusion de la CNV en Belgique francophone :

Venez rejoindre l’équipe des bénévoles et participer au déploiement d’un ou plusieurs projets. Vous trouverez un poste/un rôle à votre taille :
http://cnvbelgique.be/appel-a-benevoles/

Newsletter de novembre 2016 : Changements au sein de l’ACNV-BF

Au menu :

  • Editorial
  • AG extraordinaire
  • Calendrier
    • une journée pour les transmetteurs
    • une conférence animée par Thomas d’Ansembourg
  • Un nouveau groupe de pratique dès janvier 2017
  • Librairie
    • une nouvelle parution
    • quelques livres, titres pour les fêtes de fin d’année
  • Pour rester informé

Editorial :

Des changements sont en route au sein de l’ACNV-BF asbl : à partir du vendredi 25 novembre, les différentes tâches seront assurées uniquement par des bénévoles.

La trésorerie rend impossible le maintien de permanents salariés.

Nathalie Gérald, directrice durant 4 mois a effectué un travail conséquent : des contacts pris avec des formateurs et des clients potentiels, des offres rédigées dans le domaine des entreprises, du sport, de l’éducation.  Des projets d’action sont dans les cartons, prêts à voir le jour.

Dominique Gilkinet, au secrétariat depuis la création de l’asbl en 2010 et salariée depuis avril 2012, bien que perdant son emploi, continuera à assurer l’accueil des demandes diverses qui arrivent par mail et par téléphone.

Ingrid Daschot, continue à offrir son soutien suivant la nécessité des actions menées.

Du côté du CA, Jacqueline De Picker, secrétaire actuellement, gère aussi le site internet en constante évolution.

Guy De Beusscher et Michel de Wasseige, président et trésorier, seront remplacés dans leur fonction d‘administrateur lors de l’AG extraordinaire du 9 décembre 2016.

Merci à tous pour leur engagement et leur investissement dans les missions de l’ACNV-BF.

Merci aussi à tous les bénévoles qui ont renforcé cette équipe lors des salons du début de l’année académique.

La présence aux salons, ce sont des centaines de contacts, des informations diffusées au sujet des formations, c’est permettre aux visiteurs de découvrir et de s’intéresser à la Communication NonViolente.

L’ACNV-BF est en recherche de bénévoles pour poursuivre sa mission, ses actions :

Nous reconstruisons une équipe opérationnelle.
Vous pouvez choisir de nous aider de plusieurs manières :

* en distribuant nos flyers
* en tenant un stand lors d’un salon comme le prochain Salon du Bien-Etre ou le salon Education à Charleroi
* en vous impliquant dans l’organisation d’un événement comme la conférence de Thomas d’Ansembourg le mercredi 19 avril prochain à Louvain-la-Neuve.
* en développant une campagne de sensibilisation du grand public aux valeurs de la CNV (contact avec la presse, développement du site et des réseaux sociaux, …)
* en recherchant des subsides et récoltant des fonds pour mener à bien les projets de diffusion de la CNV dans les écoles notamment
* en fournissant du travail administratif effectué chez vous (rédaction de documents de promotion, comptabilité, bureautique, etc…)
* …..
Selon vos talents, vos envies et le temps dont vous disposez, nous trouverons avec vous des tâches bien définies qui vous correspondent.

Des réunions d’équipe seront organisées régulièrement pour permettre de créer du lien et de nous coordonner au niveau des projets, des actions et des modalités d’organisation.

Si vous, ou une de vos connaissances partagez les valeurs portées par la Communication NonViolenTe et disposez d’expérience, de compétences et d’un peu de temps volontaire à consacrer à un projet porteur de sens, merci de  contacter Jacqueline De Picker de préférence par courriel à l’une des adresses jdepicker53@gmail.com ou secretariat@cnvbelgique.be, par tél. au 0495 90 60 77 ou de remplir et nous renvoyer ce formulaire :
http://cnvbelgique.be/wp-content/uploads/2016/09/FormulaireB%C3%A9n%C3%A9voles.pdf

L’association est à un tournant de son existence.
Pour en être partie prenante, nous vous invitons à participer à

l’AG extraordinaire du 9 décembre 2016

Les perspectives seraient de travailler avec des cellules de bénévoles autour de projets définis.

Vous désirez réfléchir et construire avec-nous l’avenir de l’ACNV-BF et participer à cette AGE ?
Vous pouvez prendre contact avec le secrétariat au 0478 676 100 ou par mail secretariat@cnvbelgique.be

Informations pratiques :

AGE, le vendredi 9 décembre de 18 :00 à 21 :30.  Rue Oscar Gubin 11, 5150 Floriffoux (Floreffe)
Les points principaux seront :
* la situation actuelle de l’ASBL,
* les perspectives d’avenir,
* et l’élection de nouveaux administrateurs.

Calendrier

2 activités proposées par l’ACNV-BF asbl :
o Une journée d’approfondissement de la CNV sur le thème de la médiation :
« Comment transformer les désaccords, des tensions ou des conflits qui peuvent nous couper de nous-même et de l’autre en chemin d’ouverture et de conscience ? »
La médiation en Communication NonViolente va nous aider à trouver des solutions, des actions qui soient à l’écoute des besoins de chacun.

Journée proposée à tous les transmetteurs de la CNV, que ce soit pour leur pratique professionnelle, dans l’animation d’un groupe de pratique de CNV ou d’activités ponctuelles.

Informations pratiques :
Samedi 17 décembre de 9:30 à 17:30 à Soye, rue Trifeuillet.
Animée par Cathérine Schollaert, formatrice certifiée du CNVC.

Pour recevoir la fiche d’inscription, ou pour plus de renseignements, contactez le secrétariat :
0478 676 100 ou par mail secretariat@cnvbelgique.be.
Inscription demandée pour le vendredi 9 décembre au plus tard.
o Conférence animée par Thomas d’Ansembourg, le mercredi 19 avril  2017, à Louvain-la-Neuve, :
« Du je au nous, l’intériorité citoyenne »
Les informations pratiques arriveront prochainement.

Un nouveau groupe de pratique de la CNV :

La Communication NonViolente est un art de la relation qui s’entraîne, s’entretient.

Plusieurs personnes se réunissent, en groupe autogéré, ou autour d’un formateur  certifié pour entraîner leur pratique de la CNV.

Un nouveau groupe verra le jour à Chiny en janvier 2017.

Pour plus d’informations contactez Vincent Massin au 063 67 70 15

Vous pouvez consulter la liste des groupes de pratique, mise régulièrement à jour, sur notre site : http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/groupes-de-pratique/

Librairie :

o Un livre à 4 mains co-écrit par Thomas d’Ansembourg et David Van Reybrouck vient de paraitre aux éditions Acte Sud : « La paix ça s’apprend.  Guérir de la violence et du terrorisme » http://www.thomasdansembourg.com/livres/
Pas encore disponible à l’asbl, vous pouvez le demander à votre libraire.
o Un livre de CNV, un jeu de cartes, une idée cadeau pour les fêtes de fin d’année !?
Notre librairie vous propose plusieurs titres développant, par thématique différentes, la pratique de la Communication NonViolente.

o Dans le monde du sport avec : « Le foot, un terrain vers la connaissance de soi »
o Le monde de l’éducation avec : «Parents respectueux, enfants respectueux » de Sura Hart – Victoria Kindle Hodson ou «Vers une éducation au service de la vie » de Marshall Rosenberg
o Le monde de l’entreprise, du management ou du travail avec « Pratiquer la Communication NonViolente au travail » de Françoise Keller, « Guide pratique de CNV à l’usage des dirigeants et de leurs collaborateurs » de Ike Lasater
o Ou encore le livre « Ecoute-moi quand tu parles » ou les cartes des besoins « au cœur de la Communication NonViolente, je prends soin de mes besoins et ça profite à tout le monde» de Sophie Grosjean

Vous retrouverez ces titres, et d’autres encore, sur notre site internet : http://cnvbelgique.be/category/supports-cnv/livres-adultes/

Les acheter à l’ACNV-BF, c’est une façon de soutenir la diffusion de la CNV en Belgique francophone.

Pour rester  informé :

Retrouvez l’agenda des formations sur
http://cnvbelgique.be/formations-et-formateurs/agenda-des-formations/

Suivez nos informations via Facebook
https://www.facebook.com/acnvbf/

Pour soutenir la diffusion de la CNV en Belgique francophone :
Venez rejoindre l’équipe des bénévoles et participer au déploiement d’un ou plusieurs projets.  Vous trouverez un poste/un rôle à votre taille :
http://cnvbelgique.be/appel-a-benevoles/

Pour l’ACNV-BF asbl, cordialement,

Dominique Gilkinet, coordinatrice