5e séminaire international d’Afrique francophone – Gratitude

Le 5ème séminaire international en Communication NonViolente d’Afrique Francophone a eu lieu à la Sablière dans la ville de Bingerville, district d’Abidjan en Côte d’Ivoire, du 29 octobre au 4 novembre 2018.

Participants1

Photos des 25 participants venus du Bénin, du Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, de la République Démocratique du Congo (RDC), du Sénégal, de la Belgique et de la France. Séminaire animé parFleur-Nathalie YASSINGUEZO et Pierre MUANDA, tous deux formateurs certifiés du CNVC.

Participants2

Depuis quelques années, un vent de la NonViolence souffle en Afrique. Des formateurs certifiés Africains du CNVC (Center for NonViolent Communication/ USA),  soutenus par leurs collègues Européens, ne cessent de conjuguer leurs efforts en vue d’organiser des formations en Communication NonViolente (CNV) dans différents pays de ce continent qui en a grandement besoin.

Après un premier séminaire de grande envergure organisé en Tunisie, l’idée n’a pas fini de faire effet boule de neige. Au point que le Maroc a tout de suite enchainé en se proposant comme organisateur du deuxième séminaire international. Le Sénégal a pris la relève en organisant le troisième séminaire. Les participants Béninois de ce séminaire ont été tellement touchés qu’ils ont décidé de faire la même chose. Une année après, le séminaire du Bénin était organisé avec un grand retentissement médiatique dans le pays. Le seul participant Ivoirien de ce séminaire du Bénin, Monsieur Arthur B. GUEYE, motivé par le succès béninois et par les valeurs véhiculées à travers ces formations CNV, décide, lui aussi d’organiser ce cinquième séminaire dans son pays, la Côte d’Ivoire.

Le thème proposé par l’Association pour la Communication NonViolente  en Côte d’Ivoire c’est « être artisan de paix et de réconciliation au-delà des barrières ».

Ce thème a constitué le leitmotiv autour duquel se sont élaborés : réflexions, partages, découvertes, déconstructions, constructions, apprentissages, pratiques, et réalisation des plus petits pas possibles vers une nouvelle manière de voir et de dire les choses, vers un nouvel art de vivre.

Jeuxderôle

Exposé des notions et démonstrations réalisées en jeux de rôle par les deux formateurs.

PistesPierre

Pierre montre l’exemple pratique d’un parcours en utilisant une piste de danse

AccompagnementFleurNathalie

Fleur-Nathalie donne l’exemple d’accompagnement d’un participant en plénière

Au terme des exposés, des clarifications, des jeux de rôle assurés par les deux formateurs, Fleur-Nathalie  Yassinguezo et Pierre Muanda, le mot d’ordre était, on ne peut plus clair « pratiquer, pratiquer, pratiquer »

Pratiquer1

Pratiquer2

Pratiquer3

Pratiquer, pratiquer, pratiquer en sous groupes

Chants

Fleur-Nathalie et Pierre : En fin des journées, la joie de célébrer et de rendre grâces en chantant !

 

CommunautéPanafricaineCNV

Le vendredi 2 novembre 2018 à 18H, suite à une réunion proposée par Mamadou KONTE, et sous l’égide des deux formateurs, un groupe réfléchit sur la création d’une plateforme commune dans l’intention de préserver la connexion et d’entretenir  le lien entre membres Africains de la Communication NonViolente. Il s’agit, de gauche à droite, des représentants des pays suivants : Firmin DIDAGBE (Bénin), Mamadou KONTE (Sénégal), Fleur-Nathalie YASSINGUEZO (Bénin), Pierre MUANDA (RD Congo), Arthur B. GUEYE (Côte d’Ivoire), Fadimatou H. DICKO (Cameroun). La plateforme créée à l’issue de cette rencontre est dénommée : Communauté panafricaine de Communication NonViolente. Avec la désignation de Fleur-Nathalie comme représentante et Arthur comme secrétaire. Un espace whatsapp est directement crée et rendu opérationnel dès le lendemain. Certains participants de ce séminaire utilisent déjà cet espace web pour se donner des nouvelles et pour dire comment l’atterrissage post-séminaire est vécu dans les réalités de la vie quotidienne.

Le séminaire en Côte d’Ivoire a eu un écho retentissant dans le pays par le fait que la presse en a fait large écho. Etant donné que le directeur de la communication de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire, Monsieur Henri-Joël DALLY, a suivi l’intégralité de la formation. Très réticent au début, il en est devenu pratiquement un fanatique et un défenseur en fin de formation. Voici une bribe de ce qu’il a publié dans la presse écrite : « La pratique de la Communication NonViolente reste primordiale pour la presse en générale. Car cet outil très efficace de prévention et de gestion des tensions relationnelles et des conflits de tout genre contribue à un mode de vie pacifique. Il s’agit d’un outil de communication, qui peut servir à la résolution de conflits entre deux personnes ou au sein des  groupes. C’est aussi une méthode visant à créer entre les personnes des relations fondées sur l’empathie, la compassion, la coopération harmonieuse et le respect de soi et des autres. Il ose donc la médiation et agit en artisan de paix. Les concepts et les techniques de la Communication Non Violente (CNV) ont été mis au point, au milieu des années 1960, par Marshall B. Rosenberg, docteur en psychologie clinique. Le processus CNV peut être utilisé dans le but d’améliorer l’efficacité de la relation d’aide et des accompagnements individuels ou d’équipes, les coachings, les médiations dans la sphère sociale ou familiale. Elle est également très utile dans la gestion de confits.

Elle attire notre attention sur les sentiments, besoins et demandes de chaque personne et la garde de toute critique. Elle permet la poursuite du dialogue même lorsque nous échangeons des opinions divergentes ou que nous sommes en conflit…».

Il y avait également d’autres personnalités influentes telles que l’officier de l’Ecole Nationale de Police ; des représentants des différentes associations de la Côte d’Ivoire ;   le chef de département de communication et relations extérieures et observatoire de solidarité et de la cohésion sociale. Ce dernier a témoigné publiquement que la formation lui a permis de déconstruire plein des évidences pour ressortir comme un être renouvelé. Pour un pays qui a connu des violences politiques et dans la crainte des élections qui vont arriver bientôt en Côte d’Ivoire, ce séminaire tombe à bon escient. C’est d’ailleurs un des objectifs des organisateurs de ce séminaire. Le plus important est que ce séminaire a impulsé la création des groupes de pratique proposés par les participants, et les promesses d’introduire la CNV dans les milieux estudiantin et policier. C’est pourquoi, nous sommes reconnaissants de tant d’efforts et d’énergies mobilisés par Arthur et son équipe organisatrice.

Dans leurs évaluations écrites, les participants ont exprimé leurs grandes satisfactions pour ce séminaire en nommant quelques pépites telles que  les temps suffisants accordés aux exercices pratiques, l’ambiance conviviale et respectueuse instaurée dès le début, le non jugement, la compétence et la complicité harmonieuse des deux formateurs, la diversité d’activités (exposés, jeux de rôle, exercices, chants, jeux coopératifs), l’accueil attentionné et remarquable des organisateurs.

 

GRATITUDES

La vulgarisation de la CNV en Afrique souffre d’un manque cruel de financement structurel. Les formations que nous avons réussies à dispenser jusqu’à présent les sont grâce aux soutiens des quelques donateurs (particuliers et associations).

Ce séminaire de la Côte d’Ivoire était particulièrement voué à un report faute de moyens financiers. Alors que nous étions désespérés, votre contribution,  Jean-François LECOQ, Christiane GOFFARD, Florence FRACOIS-PONCET, Françoise KELLER, Yannick TITZ, Alejandra (Groupe de Pratique), ACNV/Suisse, ACNV/France et ACNV/Benin, a été un miracle qui nous a rassurés, et a finalement permis de réaliser ce séminaire en dernières minutes. De tout cœur nous vous exprimons notre profonde gratitude.

Même si Fleur-Nathalie et Pierre ont seuls animé ce séminaire, les préparatifs étaient le fruit du travail concerté d’une équipe composée de Anne BOURRIT, Pascale MOLHO, Khadissatou GAYE, Jean-Baptiste NDIKUROYO et Benoît BALLA, soyez-en remerciés.

 

Et la moisson est encore grande !  Car les demandes ne cessent de tomber comme de coutume à chaque fin d’un séminaire. Nous venons de recevoir les demandes de formation CNV qui viennent du Burkina Faso, du Niger et de la République Démocratique du Congo (RDC).

 

Pour le Cercle Afrique (CGA/CNV).

Pierre MUANDA

Cercle Général d’Afrique pour la Communication NonViolente et gestion positive des conflits. Rue de Villers n° 20 à 1348 Louvain-la-Neuve. Belgique. Compte IBAN BE 23 9795 4469 2791  BIC ARSPBE22 Site: www.cnv-afrique.be